La fille dans l’escalier de Louise Welsh

Layout 1

Jane, une libraire écossaise enceinte, débarque à Berlin pour s’y installer avec son amie Petra. Cette dernière est allemande et les deux femmes ont décidé d’élever leur enfant à Berlin plutôt qu’à Londres ou elles vivaient auparavant. Malheureusement Petra travaille beaucoup et Jane ne parle pas encore l’allemand. Elle est un peu désœuvrée dans le grand appartement que Petra vient d’acquérir. Jane finit par guetter les va-et-vient de ses voisins et notamment de la jeune Anna vivant à côté avec son père médecin. L’adolescente semble avoir un comportement étrange et Jane entend de violentes disputes entre elle et son père. Elle s’inquiète, s’interroge sur la manière dont est traitée Anna. La vie de l’adolescente finit par l’obséder totalement.

J’avais déjà souligné dans mon billet sur « De vieux os », le talent de Louise Welsh à rendre, à créer une atmosphère. Son dernier roman « la fille dans l’escalier » en est encore l’illustration. Elle s’attaque cette fois au genre du thriller et met en place un cadre très sombre. En face de l’immeuble où habitent Petra et Jane, se trouvent un bâtiment délabré, à l’abandon mais également un cimetière inquiétant où se rassemblent les corbeaux : « Les corbeaux s’étaient calmés,  leurs cris refluant pour n’être plus qu’un murmure (…). Mais voilà qu’ils recommençaient, leur croassement enflait pour devenir un chœur inquiet. Jane leva les yeux, se demandant ce qui les avait perturbés. Le vent commençait à souffler et la cime des arbres tourbillonnait pour entamer une danse. » La vue de ce morne paysage aggrave le sentiment de solitude et de malaise de Jane.

Ce dernier va s’accentuer lorsque Petra part pendant une semaine à Vienne pour son travail. Le malaise, diffus jusque là, s’affirme pleinement. L’obsession de Jane pour Anna se transforme en paranoïa qui la ronge et l’aveugle complètement. Sa mission est de sauver Anna contre tous et contre son gré. Mais est-ce vraiment Jane qui est aveuglée par sa paranoïa ? Quelle vérité est la bonne ? À la manière de Dennis Lehane dans « Shutter Island », Louise Welsh laisse planer le doute quant à la santé mentale de son héroïne. Qui doit-on croire dans cette histoire ?

J’avais beaucoup aimé « De vieux os » mais « La fille dans l’escalier » est plus réussi. Tenu de bout en bout, le récit monte peu à peu en puissance et se fait haletant et angoissant. Mais Louse Welsh arrive également à semer le doute dans l’esprit de son lecteur. Un thriller parfaitement maitrisé.