Taqawan de Eric Plamondon

9782253258278-001-T

Le 11 juin 1981, 300 policiers de la Sûreté du Québec pénètrent dans la réserve de Restigouche où vivent les indiens Mi’gmaq. Ils sont venus pour confisquer les filets de pêche des indiens. En ce jour de juin débute « la guerre du saumon », d’autres descentes de police auront lieu, ainsi que de nombreuses arrestations. Océane, jeune indienne de 15 ans, sera frappée par la violence faite à sa communauté et la subira elle-même. Elle sera heureusement épaulée par Yves Leclerc, agent de conservation de la faune et William, un indien vivant seul dans les bois.

« Taqawan » est un roman surprenant et particulièrement original. L’intrigue principale tient du roman noir et l’on y suit Océane, Yves et William. Entre les chapitres consacrés à celle-ci, Eric Plamondon nous parle de l’histoire de la colonisation du Québec , de celle des indiens Mi’gmaq et de leurs traditions, de la vie du saumon (taqawan est un saumon qui, après avoir voyagé jusqu’à la mer, revient pour la première fois dans sa rivière natale). L’ensemble, parfaitement cohérent, montre la terrible façon dont le Québec à traiter ses autochtones. « Ici, on a tous du sang indien et quand ce n’est pas dans les veines, c’est sur les mains. »  Le Québec, en lutte avec le Canada pour affirmer son autonomie et sa langue, est dans l’incapacité d’accorder la même chose aux indiens Mi’gmaq. L’intrusion dans la réserve est en fait une réponse du Québec au Canada puisque la réserve de Restigouche dépend du gouvernement fédéral. Interdire la pêche au saumon aux indiens est un non-sens et une négation de leurs traditions. Ils la pratiquent depuis des millénaires et de manière parfaitement raisonnée, contrairement aux tonnes de poisson pêchées chaque année par le Canada. Nous ferions bien de prendre modèle sur les Mi’gmaq qui savent respecter la terre et ses ressources.

Avec une multiplicité de points de vue, de perspectives, Eric Plamondon réussit le tour de force d’écrire un roman noir tout en nous parlant de la colonisation du Québec et de l’histoire de la tribu Mi’gmaq. Un court roman original et captivant.

picabo-300x300

Trouble de Jeroen Olyslaegers

9782234084247-001-T

Wilfred Wils est très âgé, au seuil de sa vie il veut se confier à son arrière-petit-fils qu’il n’a jamais rencontré. Il veut surtout lui parler de la période de la seconde guerre mondiale. Wilfred était policier à Anvers durant l’occupation allemande. Dans cette ville, la communauté juive est importante, nombreux sont ceux qui sont diamantaires. Ils attirent donc la jalousie, l’envie et ce bien avant l’arrivée des nazis. Comment le jeune Wilfred s’est-t-il se comporter durant cette sombre période ?

« Trouble » de Jeroen Olyslaegers sonne comme un avertissement. En ces temps troublés, l’auteur nous tend un miroir qui nous permet de nous interroger sur les zones grises de l’âme humaine. Car Wilfred n’est pas un salaud absolu, Jeroen Olyslaegers ne crée pas un monstre qu’il serait facile de détester. Wilfred est un être ambigu comme sa ville d’Anvers. Celle-ci est à la fois capable d’envoyer des policiers protéger une synagogue et de demander aux mêmes agents de rafler des familles entières. 26 000 juifs furent arrêtés et déportés d’Anvers. Wilfred participe  aux arrestations sans que cela ne le questionne. Il obéit aux ordres de sa hiérarchie. Il fréquente des antisémites notoires mais également des résistants comme son ami Lode. Le personnage central du roman est un salaud ordinaire, de ceux qui ne choisissent pas leur camp. Et c’est cette ambiguïté morale qui fait tout l’intérêt du roman et que Wilfred tente d’expliquer au travers de sa confession. D’ailleurs, il ne tente ni de s’excuser, ni de justifier ses actes même si ceux-ci lui coûteront cher des décennies plus tard. Il a juste fait en sorte de rester vivant, de s’en sortir et il s’est finalement comporté comme une majorité d’anversois. Ce sont les autres qui finiront par lui renvoyer une image négative de lui-même.

Jeroen Olyslaegers met à nu le passé de sa ville au travers du portrait de Wilfred Wils. Avec âpreté et brio dans sa construction, son récit questionne les actes d’un homme mais également d’une communauté.

Edith & Oliver de Michèle Forbes

41ZxvUEP9fL._SX195_

Belfast, 1906, Edith croise la route d’Oliver Fleck, illusionniste. Ils passent une soirée arrosée ensemble et ne se quittent plus. Edith accompagne au piano les numéros de son mari dans les différents music-halls de sa tournée. Mais elle tombe rapidement enceinte et accouche de jumeaux : Agna et Archie. Elle doit donc rester à la maison pendant qu’Oliver part en tournée. Oliver fourmille d’idées nouvelles et rêve d’un spectacle en solo. Malheureusement, aucun directeur de music-hall ne veut le voir en haut de l’affiche. Oliver continue donc ses petites tournées, dort dans des chambres de plus en plus minables et son amertume grandit au fil des jours.

Je découvre Michèle Forbes avec son deuxième roman et j’ai beaucoup apprécié ma lecture. La facture du roman est classique, l’écriture est fluide et poétique. Le récit se fait par flash-backs. Il s’ouvre en effet en 1922 sur la jetée de Dun Laoghaire où Edith et sa fille vont embarquer pour se rendre à Holyhead, au nord du Pays de Galles. Le chapitre suivant nous ramène en 1905 à Belfast. De même, l’enfance de Oliver sera évoquée par des retours en arrière. Michèle Forbes utilise également l’ellipse, c’est le cas dans la scène d’ouverture du chapitre 2, le lendemain de la rencontre d’Edith et Oliver. Une scène extrêmement bien construite, enlevée et originale puisque l’on n’assiste pas à la rencontre des deux protagonistes.

« Edith & Oliver » est avant tout le récit d’une chute, celle d’Oliver. Il est habité par une véritable fièvre de la scène, par un orgueil démesuré qui l’aveuglent totalement. Oliver est persuadé d’être le plus talentueux des illusionnistes et veut le montrer au monde. Son enfance douloureuse, la réussite sociale de son frère Edwin renforcent en lui cet foi inébranlable en son destin. Sa chute sera cruelle et inexorable. Michèle Forbes, que j’ai eu la chance de rencontrer, compare la chute d’Oliver à celle de « Jude l’obscur » de Thomas Hardy, une  même foi absolue en leur réussite les habite.

Face à Oliver, Edith est un roc qui fait tout son possible pour maintenir sa famille à flot. Femme active qui travaille, ce qui n’est pas le sort de toutes les femmes à l’époque, elle se sacrifie pour élever sa famille. Autre personnage fort du roman, Agna qui est finalement celle qui sera la plus résistante, celle sur qui Edith pour s’appuyer à la fin. Ce personnage mutique, d’une sagesse infinie, est extrêmement attachant et Michèle Forbes a d’ailleurs très envie de le reprendre dans un autre roman.

« Edith & Oliver » est également l’occasion pour Michèle Forbes de parler d’un sujet qui lui tient à cœur, les coulisses du spectacle. Elle est elle-même actrice de théâtre et son grand-père dirigeait un music-hall. Elle montre avec beaucoup de réalisme les conditions extrêmement difficiles de ces artistes du bas de l’affiche qui vivent dans des conditions misérables. Le cinéma commence à apparaître et aggrave la situation de ces petits artistes qui courent le cachet.

« Edith & Oliver » est à la fois une histoire d’amour passionnée et dramatique et le récit de la vie des artistes de music-hall à l’époque edwardienne. La plume de Michèle Forbes est très évocatrice et elle nous plonge totalement dans son univers.

Merci aux éditions Quai Voltaire pour cette découverte.

Les enfants de cœur de Heather O’Neill

cvt_les-enfants-de-coeur_7170

Rose et Pierrot sont nés en 1914 et tous les deux ont été abandonnés par leurs mères. Ils sont élevés ensemble dans un orphelinat tenu par des bonnes sœurs. Les enfants y sont traités avec dureté, voire avec brutalité. C’est le cas avec l’une des sœurs attirée par Pierrot et qui fait subir des sévices corporels à Rose car les deux enfants sont inséparables. Tous deux sont hors du commun : Pierrot est un très grand pianiste et Rose l’accompagne d’incroyables pantomimes. Leur duo illumine le visage des autres orphelins. La mère supérieure voit là une source de revenus possible. Elle les envoie exercer leurs talents dans les salons des riches membres de la communauté. Pierrot et Rose sont enchantés mais leur bonheur est de courte durée. Bientôt les deux enfants sont séparés sans savoir où l’autre se trouve.

« Les enfants de cœur » est vraiment un roman très surprenant. Nous sommes dans un conte naïf, tout en étant plongés dans la réalité cruelle de le Grande Dépression à Montréal. La candeur côtoie la crudité, notamment celle de la langue et du désir. L’histoire d’amour de Rose et Pierrot est pavée de perversités. Celles-ci débutent dès l’orphelinat puisque Rose est persécutée physiquement et que Pierrot subit des abus sexuels. Une fois séparés, les chapitres alternent les récits concernant les destins de Rose et de Pierrot. La Grande dépression, la pauvreté vont décider de leurs destinées. Pierrot quitte l’orphelinat car un homme riche admire ses talents de pianiste. A la mort de ce dernier, il se retrouve à la rue où il partage le quotidien de prostituées. Il plonge également rapidement dans la drogue. Plutôt que de se retrouver à la rue, Rose devient la maîtresse d’un caïd de la drogue. « Elle aimait l’idée d’être une fille perdue. Elle était curieuse de voir ce qu’il adviendrait  d’elle si pas un homme ne l’épousait. Ça lui semblait le moyen le plus probable de vivre une aventure. Même si elle était capable de faire rire les gens à longueur de journée, elle voulait parfois être tragique. » Sa position de maîtresse attitrée lui apprendra surtout que la femme est très loin d’être indépendante et que la société est dirigée exclusivement par les hommes. A partir de là, le but de Rose sera de devenir libre et de ne dépendre d’aucun homme, même de Pierrot. Heather O’Neill crée un univers véritablement original avec deux personnages atypiques et fantasques, plein d’imagination et de créativité. La pureté de leur amour est mis à rude épreuve face à la débauche et aux vices.

« Les enfants de cœur » est un roman aussi fantaisiste que tragique, mélangeant légèreté et noirceur, et où l’imagination peut sauver deux êtres malmenés par la vie.

The making of Mollie de Anna Carey

31282668

Mollie a 14 ans, elle vit à Dublin en 1912 avec ses parents, ses deux sœurs et leur frère. Ce dernier, Harry, a le don de taper sur les nerfs de Mollie. Il prend un malin plaisir à taquiner sa petite sœur. Mais ce qui exaspère encore plus Mollie, c’est le fait qu’il est droit de tout faire. Il peut aller voir son ami Franck quand il le souhaite, n’a pas à se battre pour aller à l’université et il ne passe pas ses soirées à faire du raccommodage. Mollie voit bien que sa situation est beaucoup moins avantageuse que la sienne. Cette prise de conscience va être renforcée lorsqu’elle va découvrir que sa sœur aînée, Phyllis, est engagée auprès des suffragettes irlandaises. L’injustice que subissent les femmes devient flagrante pour la jeune fille et elle essaie de convaincre sa sœur de l’emmener à des meetings. Mollie entraîne dans son engagement sa meilleure amie Nora, du même âge qu’elle. Mais participer à des meetings de suffragettes peut s’avérer dangereux et Phyllis aimerait bien mettre un frein aux ardeurs militantes de sa cadette.

« The making of Mollie » est un roman jeunesse qui peut  parfaitement se lire une fois adulte tant le ton est vif et plein d’humour. Le nouvel engagement politique de Mollie nous est raconté sous forme de lettres. La jeune femme écrit le récit de ses aventures à Frances, une amie qui se trouve dans une école en Angleterre. Les lettres de Mollie sont écrites de manière rythmée pour intéresser son interlocutrice et le lecteur par la même occasion. Les événements dont parle Mollie sont très réalistes et s’inspirent de faits et de personnages réels comme  le signale l’auteure à la fin du livre. Ce roman permet de rappeler que le combat des suffragettes pour le droit de vote n’existait pas qu’en Angleterre. En 1912, l’Irlande était une partie du Royaume-Uni mais le pays demandait à avoir un parlement autonome, c’est ce que l’on appelait le Home Rule. Le combat des suffragettes irlandaises se surajoutait à celui du Home Rule et beaucoup pensait que ces femmes mettaient en péril l’accord avec le Royaume-Uni. Leur engagement n’en était que plus difficile à faire entendre.

Outre la prise de conscience de Mollie qui la fait grandir, Anna Carey n’en oublie pas l’âge de son héroïne. Mollie a également des préoccupations de son âge. Elle raconte sa vie à l’école, son inimitié  avec l’odieuse Grace, son amitié avec Stella la reine du tricot ! Mollie est une grande lectrice, elle lit « Trois hommes dans un bateau » qu’elle trouve très drôle, elle tombe sous le charme du Mr Rochester de « Jane Eyre » et dévore « No surrender » de Constance Maud, roman publié en 1911 qui parle du combat des suffragettes. Mollie connaît aussi ses premiers émois amoureux avec Franck, le charmant meilleur ami de son frère. Tous ces moments du quotidien d’une jeune fille de 14 ans apporte beaucoup de vie au récit et rend proche Mollie de ses jeunes lectrices.

A travers l’engagement de l’enthousiaste et sympathique Mollie, Anna Carey rappelle aux jeunes filles de notre époque le combat, pas si lointain, des suffragettes pour obtenir le droit de vote et un peu plus d’égalité entre les hommes et les femmes. Un deuxième tome existe et s’intitule « Mollie on the march » et j’ai hâte de la retrouver.

 

La servante écarlate de Margaret Atwood

9782221203330

Depuis la fondation de la république de Gilead, Defred est au service du Commandant et de son épouse. Elle est une servante écarlate, une femme fertile qui doit permettre à ce couple d’avoir un enfant. Suite à une catastrophe, le taux des naissances est en chute libre. La république de Gilead a donc pris les femmes les plus fertiles, les a formées pour qu’elles deviennent des esclaves sexuelles au service des familles les plus importantes. Leur formation s’apparente à un lavage de cerveau pour les rendre dociles et leur faire oublier leurs vies d’avant. Les servantes écarlates doivent oublier jusqu’à leur propre nom. « Je ne m’appelle pas Defred, j’ai un autre nom dont personne ne se sert maintenant parce que c’est interdit. Je me dis que ça n’a pas d’importance un prénom, c’est comme son propre numéro de téléphone, cela ne sert qu’aux autres. Mais ce que je me dis est faux, cela a de l’importance. Je garde le savoir de ce nom comme quelque chose de caché, un trésor que je reviendrai déterrer, un jour. Je pense à ce nom comme à quelque chose qui serait enfoui. Ce nom a une aura, comme une amulette, un talisman qui a survécu à un passé si lointain qu’on ne peut l’imaginer. » Le passé de Defred ne cesse de la hanter, pourra-t-elle continuer à tenir son rang alors qu’elle ne rêve que de s’en échapper ?

« La servante écarlate » a été publiée pour la première fois en 1985. La série de Bruce Miller a permis au roman de Margaret Atwood de connaître un succès planétaire. Il est même devenu un manifeste anti-Trump contre la misogynie du président des Etats-Unis et contre les menaces qui planent sur les droits des femmes. Il était donc grand temps que je découvre ce roman de Margaret Atwood dont j’apprécie beaucoup le travail.

Le roman de Margaret Atwood est souvent comparé à « 1984 » de George Orwell. Les deux romans sont en effet des dystopies qui montrent un régime totalitaire. Les deux ont également en commun le fait de montrer une situation plausible, un futur sombre qui pourrait bien advenir. Margaret Atwood souligne d’ailleurs dans la postface du livre qu’elle n’a souhaité mettre dans son livre que ce que l’humanité avait déjà fait à travers l’histoire. « Je ne voulais pas me voir accusée de sombres inventions tordues, ou d’exagérer l’aptitude humaine à se comporter de façon déplorable. » Et c’est sans aucun doute cette véracité qui rend « La servante écarlate » si glaçant.

Le récit de Defred se fait à la première personne du singulier, elle nous raconte son quotidien monotone, paranoïaque puisqu’elle ne peut faire confiance à personne. Durant son récit, elle repense à sa vie d’avant, celle où elle avait un mari et une petite fille. Elle nous explique comment la république de Gilead s’est peu à peu mise en place, comment des fanatiques religieux ont pis le pouvoir. Et comme tout pouvoir totalitaire et religieux, la république s’en prend aux femmes en leur supprimant leurs comptes en banque, leurs possibilités de travailler, d’aller à l’école. L’étape suivante est de faire de certaines d’entre elles des instruments de procréation pour les dignitaires du régime. Une oppression contre les femmes qui est malheureusement toujours d’actualité dans les zones de conflit. Et même dans les démocraties, on sait que les droits des femmes sont toujours fragiles, sans cesse menacés. Il n’est donc pas étonnant que le livre de Margaret Atwood et la série qui en a été tiré connaissent un succès aussi important.

« La servante écarlate » est une dystopie qui fait froid dans le dos tant le récit en est plausible. Un livre qu’il est nécessaire de lire afin de ne pas oublier qu’il est important de défendre nos droits et nos libertés.

Sous les branches de l’udala de Chinelo Okparanta

9782714475954ORI

1968, le Biafra, jeune république, est en guerre contre le Nigéria. Ijeoma a alors onze ans et elle perd son père dans un bombardement. Sa mère, perturbée par ce décès et sans ressource, décide d’envoyer sa fille chez un couple d’amis. Elle y restera tant que sa mère n’aura pas trouvé un moyen de les faire vivre toutes les deux. Le couple fait d’Ijeoma leur domestique en échange du paiement de ses futures études. Alors qu’elle va faire le marché, elle croise la route d’une autre jeune fille, Amina, qui semble également sans famille. Ijeoma réussit à convaincre sa famille d’accueil d’héberger Amina pour qu’elle l’aide dans ses tâches quotidiennes. Rapidement, l’amitié des jeunes filles se transforment en une attirance beaucoup plus sensuelle. Mais au Biafra, dans les années 70, l’homosexualité est interdite. La mère d’Ijeoma vient la récupérer et décide chaque jour de la bombarder de passages de la Bible pour la purifier et la remettre dans le droit chemin.

Chinelo Okparanta a décidé d’écrire ce roman suite à la loi du 7/01/2014 au Nigéria qui criminalise les relations entre personnes du même sexe, ainsi que le soutien apporté à ce genre de relations, rendant de tels actes passibles de peines de prison. Elle explique également, à la fin de son livre, que dans certains états, la lapidation est prévue. Son roman est bien évidemment une mise en lumière des personnes LGBT et de leurs conditions de vie qui sont très loin de s’améliorer dans certains pays. Il faut dire que le Nigéria est l’un des pays les plus religieux. Durant la guerre du Biafra, deux ethnies s’affrontent : les Haoussa qui sont musulmans et les Igbo qui sont catholiques. Les deux religions sont au moins d’accord sur un point : le bannissement (voire le meurtre comme le montre l’une des scènes bouleversantes du roman). des personnes homosexuelles. Ijeoma et Amina sont chacune d’une ethnie et d’une religion différentes. La difficulté n’en est que plus grande de s’aimer.

« Sous les branches de l’udala » est un roman d’apprentissage, on suit Ijeoma de 1968 à 2014. Son parcours est douloureux, brutal mais jamais elle ne se renie, toujours elle gardera au fond de son cœur l’image d’Amina. Malgré la violence de ce qui se joue, Chinelo Okparanta nous raconte son histoire avec une écriture extrêmement fluide et elle arrive à tirer son histoire vers la lumière et l’espoir. A aucun moment, l’auteure ne juge ceux qui rejette Ijeoma. Il n’y a aucune haine, aucun ressentiment dans les pages de « Sous les branches de l’udala ».

Dans son premier roman, Chinelo Okparanta prête sa plume et ses mots au combat des personnes LGBT du Nigéria. Avec limpidité et force, elle nous emporte et nous rend ses personnages extrêmement touchants. Une nouvelle écrivaine à suivre.

Merci aux éditions Belfond pour cette découverte.