Mon territoire de Tess Sharpe

9782355847653ORI

Harley McKenna est la fille d’un baron de la drogue dans le nord de la Californie, à North County. Duke, le père, a préparé sa fille à la dure pour reprendre les rênes de l’entreprise familiale. Il lui a appris à tirer, à se débarrasser d’un corps, à se libérer si elle est enlevée par des ennemis. A 8 ans, elle a vu sa mère mourir dans un incendie criminel. Elle est donc la seule héritière de Duke. A 22 ans, elle voit son père prendre de plus en plus de recul face à ses affaires. C’est pour elle le moment de rendre son monde meilleur et de mettre fin au combat qui oppose son père à la famille Springfield qui trafique de l’autre côté du fleuve.

« Mon territoire » est l’histoire d’une jeune femme qui prend le pouvoir dans un monde d’hommes, celui de son père et du trafic illicite de drogue. Harley a préparé un plan en trois temps, en trois jours où elle va essayer de changer les choses.  Le récit détaillé de ces trois jours se fait en alternance avec celui de l’enfance de Harley. Elle se remémore toutes les étapes de son apprentissage violent pour prendre la tête de l’entreprise familiale.  Sur ce point, Harley m’a rappelé Turtle, l’héroïne de « My absolute darling » de Gabriel Tallent. L’histoire est foncièrement différente mais les deux héroïnes développent un sentiment entre amour et haine pour leur père qui les oblige à devenir de véritable guerrière, des tireuses d’élite capables d’affronter n’importe quelles situations dangereuses.

« Mon territoire » est un polar féministe. Harley sait qu’elle est sous-estimée par les associés de son père car elle est une femme. Personne ne la pense capable de prendre la place de son père. Mais elle se montre plus intelligente et plus rusée que la plupart des hommes qui l’entourent. A la fin de ces trois jours, Harley va faire en sorte de valoriser d’autres femmes qui deviendront ses interlocutrices, ses alliées dans le nouveau monde qu’elle souhaite construire. Et si Harley tient tant à rendre le monde meilleur, c’est surtout pour protéger le foyer que sa mère lui a légué et où sont recueillies des femmes battues et maltraitées par les hommes. Leur sécurité est la priorité principale de la jeune femme.

« Mon territoire » est un polar réussi, rythmé qui met en valeur les femmes au travers de sa jeune héroïne au caractère bien trempé. Mon seul bémol, la révélation finale qui est assez prévisible.

Une joie féroce de Sorj Chalandon

9782246821236-001-T

Jeanne est libraire, elle est appréciée de ses collègues et de ses clients. Discrète, passant son temps à s’excuser, Jeanne ne veut pas se faire remarquer. Elle est mariée à Matt avec qui elle a eu un fils. Ce dernier est malheureusement mort en bas âge et le couple s’est désagrégé dans sa tristesse. Le malheur frappe à nouveau à la porte de Jeanne, cette fois sous la forme d’un cancer. Son mari ne l’épaule pas, ne l’accompagne pas dans cette épreuve. Jeanne baisse les bras et sombre dans le pessimisme. C’est alors qu’elle rencontre Brigitte dans la salle d’attente de la chimiothérapie. Elle est l’opposé de Jeanne : flamboyante, grande gueule, très belle femme que l’on remarque. Brigitte invite Jeanne chez elle où vit également sa compagne Assia et Melody, jeune femme paumée également cancéreuse. Les quatre femmes deviennent rapidement inséparables. Melody a de graves ennuis que les quatre femmes sont bien décidées à arranger ensemble même si cela doit les placer dans l’illégalité.

Comme vous les avez, j’apprécie énormément le travail de Sorj Chalandon. Un nouveau roman de sa part est toujours une belle promesse de lecture et d’émotions. Malheureusement, « Une joie féroce » fut plutôt décevant. Le roman se découpe en deux parties. La première concerne la maladie de Jeanne. Dans cette partie, j’ai retrouvé toute la délicatesse, l’empathie de Sorj Chalandon. La phrase sonne juste comme toujours chez l’auteur.

Les choses se gâtent dans la deuxième partie qui est consacrée au projet des quatre femmes pour aider Melody.  Sans trop vouloir en dévoiler sur l’intrigue, je peux vous dire que cette partie est tournée vers l’action, vers le thriller. Et là, on perd la crédibilité du début. Les quatre femmes accumulent une somme de malheurs, de morts, de séparations qui rendent le récit de plus en plus invraisemblable. Ce que les quatre femmes imaginent, alors qu’elles se connaissent à peine, est également assez improbable, tout comme la résolution de l’histoire. Cette deuxième partie est vraiment « too much ».

Même si la lecture de « Une joie féroce » est loin d’être désagréable grâce à l’écriture de Sorj Chalandon, l’intrigue est en revanche assez décevante et manque de crédibilité. Dommage et vivement le prochain roman de l’auteur qui j’espère sera à la hauteur du reste du travail de l’auteur.

Un mariage américain de Tayari Jones

9782259278942ORI

Celestial et Roy sont de jeunes mariés qui résident à Atlanta. Tous deux sont ambitieux. Elle se rêve artiste, lui veut créer sa propre boite. Tout semble leur sourire jusqu’à une nuit dans un hôtel après une visite chez les parents de Roy. Le couple se dispute, Roy sort chercher des glaçons et tombe sur une femme qui a besoin d’aide. Il lui rend service et regagne sa chambre. Le lendemain matin, la police interpelle Roy, la femme, croisée la nuit précédente, l’accuse de viol. Roy est innocent mais il est également noir. Il se retrouve donc rapidement incarcéré et son innocence ne sera reconnue que cinq ans plus tard. Comment un couple peut-il survivre à une absence si longue ? Comment Celestial va-t-elle accueillir son mari à son retour ?

« Un roman américain » de Tayari Jones fut une lecture agréable notamment grâce à la fluidité de l’écriture de l’auteure. Il s’agit du récit d’un mariage qui se désagrège, se délite durant les cinq années d’emprisonnement de Roy. Tayari Jones alterne les points de vue et les chapitres donnent la parole à Roy, Celestial et André, ami d’enfance de la jeune femme. L’auteure varie également les modes narratifs. Durant l’incarcération de Roy, le récit se fait sous forme de lettres échangées entre les époux. C’est au travers d’elles que nous constatons l’éloignement progressif de Celestial et son rapprochement d’André. Ce qui est intéressant dans le couple Roy/Celestial, c’est leur grande différence de milieu social. Tayari Jones exploite très bien cet aspect et elle souligne à quel point cela génère des tensions et des incompréhensions. Il me semble que c’est profondément la raison pour laquelle le mariage est voué au désastre.

Et pourtant la quatrième de couverture laisse présager un autre roman. On insiste sur le fait que le couple est noir dans un état du Sud et sur l’erreur judiciaire. Mais j’ai trouvé que cet incident n’était pas traité par l’auteure. Roy aurait pu avoir un accident, être plongé dans le coma pendant cinq ans, l’histoire du couple aurait été la même. Il s’agit bien ici d’un roman sur le mariage et non sur le racisme. Autre point qui m’a déçue, c’est le manque d’incarnation des personnages. Je n’ai malheureusement ressenti aucune empathie à leur égard, je suis restée à distance de ce qui leur arrivait. Pour finir, je rajouterais que certaines choses sont peu crédibles comme le compagnon de cellule de Roy. La rencontre entre les deux personnages semble hautement improbable et la ficelle narrative est un peu grosse.

Malgré une lecture agréable, « Un mariage américain » m’a plutôt déçue, le roman ne remplit pas ses promesses et nous narre l’histoire finalement classique d’un couple qui se délite.

Le couteau de Jo Nesbo

9782072782183_1_75

Dans ce nouvel opus des enquêtes de Harry Hole, on retrouve notre inspecteur dans un sale état. Son vieux démon, l’alcool, l’a de nouveau rattrapé. Et ce n’est pas le moment puisqu’un terrible drame va le frapper. Un trou de mémoire après une soirée trop arrosée risque  fois de lui coûter très cher. Il se réveille en effet avec du sang sur ses vêtements. Il est bien-sûr incapable de se souvenir de sa provenance. En plus de cela, s’ajoute le retour de Svein Finne, meurtrier et violeur, que Harry avait réussi à arrêter. Finne est sorti de prison et il est bien décidé à reprendre du service. Harry devient totalement obsédé par Finne et cherche à tout prix à le remettre en prison avant qu’il frappe à nouveau.

La belle mécanique de Jo Nesbo se met une nouvelle fois en place dans ce 12ème tome des enquêtes de son héros fétiche. Les différents fils, qui constituent l’intrigue,  s’entrecroisent dans une construction extrêmement maîtrisée et virtuose. Deux scènes ouvrent le roman et nous ne les comprenons que bien plus tard dans le roman. De même, durant tout le livre, Jo Nesbo sème des petits cailloux pour nous aider à identifier le coupable. Mais tant de pistes sont possibles qu’il est difficile de trouver la solution, ce qui nous offre un final grandiose et stupéfiant.

Jo Nesbo a un talent certain pour croquer et donner chair à ses personnages, qu’ils soient bons ou mauvais. Svein Finne est vraiment effrayant. Pervers, retors, agile dans ses déplacements, chacune de ses apparitions glace les sangs. A l’opposé de ce personnage imbu de lui-même, il y a Harry Hole aux failles de plus en plus prononcées. Sa vie est au bord du gouffre, rien ne semble plus le retenir à la vie. Ses souvenirs le hantent, le désespoir envahit tout. Seule la recherche de la vérité et son incroyable instinct d’enquêteur lui permettent de tenir encore.

Jo Nesbo fait à nouveau montre de son talent dans ce nouveau roman. La construction est maîtrisée, les rebondissements nous tiennent en haleine et les personnages sont parfaitement construits et ont de l’épaisseur. Et la fin se joue de tout ce que l’on avait pu imaginer pendant la lecture. Que demander de plus à un polar ?

Bilan livresque et cinéma de septembre

Image-1 (4)

Le mois de septembre est terminé et le mois américain avec. J’ai réussi cette année à tenir mon programme : 14 lectures sur des thématiques très variées. Ce mois de septembre fut riche en découvertes et je n’ai qu’une déception à mon actif : « Herland » de Charlotte Perkins Gilman.  Si je ne devais garder qu’un seul livre de ce mois américain, ce serait « My absolute darling » de Gabriel Tallent qui me marquera durablement. Mais, je suis également pressée de retrouver l’univers de Kent Haruf, de Ron Rash ou de Richard Ford. Je vais guetter avec impatience les nouveaux romans de Colson Whitehead, de Ellen Urbani, de Tommy Orange, de Jamey Bradbury et de Andrew Ridker. La littérature américaine est si riche de possibilités, d’univers, j’ai encore tant d’auteurs à découvrir que j’ai hâte de vous retrouver l’année prochaine pour une nouvelle édition du mois américain !

Le mois de septembre fut également l’occasion de poursuivre mes lectures pour le Grand Prix des lectrices Elle dont je fais partie cette année. Un vrai challenge qui m’inquiète un peu, je dois bien le reconnaître, en raison des délais qui nous sont imposés. J’espère y faire de belles découvertes, ce qui fut déjà le cas en fin de mois avec « Le ghetto intérieur » dont je vous parle très vite.

En septembre, j’ai également retrouvé mon cher Sorj Chalandon mais le rendez-vous est un peu manqué, je vous expliquerai très bientôt pourquoi. Ma lecture (ou relecture) des Rougon-Macquart s’est poursuivie ce mois-ci avec l’extraordinaire « Bête humaine ». Il n’en reste plus que trois à lire pour terminer cette incroyable et foisonnante fresque sous le second empire.

Et côté cinéma ?

Mes coups de cœur sont les suivants :

2251576.jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx

Marianne est artiste peintre du XVIIIème siècle. Elle est également enseignante et pose pour ses élèves. C’est lors d’une de ces séances de pose qu’elle découvre que l’un de ses tableaux a été sorti des réserves par ses élèves. « Portrait de la jeune fille en feu » la trouble terriblement et elle se remémore les origines de ce tableau. Elle avait dû rejoindre une île bretonne pour une commande : faire le portrait d’une jeune femme, Héloïse, sans qu’elle le sache. Ce portrait doit être envoyé au futur mari d’Héloïse qui refuse catégoriquement cette union avec un inconnu.

Voilà un très beau film sur la naissance de l’amour et du désir. Marianne et Héloïse s’apprivoisent lentement, se rapprochent malgré la mission première de Marianne. L’histoire d’amour des deux femmes est aussi enflammée qu’elle est éphémère. Céline Sciamma filme magnifiquement la montée du désir, l’attirance puissante qui lie ses héroïnes. Les souffles, les regards, les gestes sont minutieusement étudiés pour souligner le trouble qui s’installe. Le décor est très épuré pour laisser toute la place à cette relation, la musique ne vient que peu troubler l’harmonie de Marianne et Héloïse. En réalité, le duo est un trio car la jeune servante Sophie accompagne leur amour naissant. Une sorte de sororité unit les trois femmes (les hommes sont d’ailleurs totalement absents du film). Céline Sciamma parle également d’art, du lien qui lie le créateur et son modèle entre séduction et méfiance. L’oeuvre sera-t-elle juste ? De très belles images nous montre les gestes du peintre en action. Bien évidemment, le film de Céline Sciamma ne serait rien sans ses formidables actrices : Adèle Haenel, Noémie Merlant, Luàna Bajrami et Valeria Golino qui joue la mère d’Héloïse. « Portrait de la jeune fille en feu » est un film esthétiquement très réussi, très sobre et lumineux sur la passion entre deux jeunes femmes.

4483487

Gatsby étudie dans une université de la Côte Est. Sa petite amie Asleigh doit aller à New York pour interviewer un grand réalisateur pour le journal de la fac. Gatsby se réjouit de pouvoir faire découvrir la ville où il a grandi à sa petite amie. Il prévoit déjà les lieux où il va l’emmener. Mais le weekend en amoureux ne se déroule pas comme il l’avait prévu. Le rendez-vous avec le réalisateur se prolonge désespérément.

Quel plaisir de retrouver Woody Allen dans un film qui rappelle ses plus grands succès : « Manhattan » ou « Annie Hall ». De « Un jour de pluie à New York » se dégagent une grande fraîcheur, un charme pétillant. Le jeune Gatsby aime les vieux films, le jazz et la pluie. Il est bien évidemment le double à l’écran du réalisateur (sa veste en tweed le prouve !!). Le pauvre jeune homme voit sa dulcinée lui échapper. Nous suivons en parallèle les amoureux qui virevoltent de rendez-vous en rendez-vous, enchaînant les quiproquos, les rebondissements parfois burlesques ou émouvants. La comédie romantique fonctionne parfaitement, elle est rythmée, piquante, drôle et tendre à la fois. La jeune garde des acteurs américains se retrouvent devant la caméra de Woody : Timothée Chalamet, Elle Fanning, Selena Gomez. Tous trois sont formidables et parfaitement en adéquation avec l’univers du réalisateur. Manhattan, le jazz, des amoureux qui se cherchent à travers la ville, Central Park, « Un jour de pluie » est un condensé de l’univers de Woody Allen. Son charme un brin suranné et mélancolique m’a totalement séduite.

Et sinon :

  • La vie scolaire de Grand Corps Malade et Medhi Idir : Samia est la nouvelle CPE d’un lycée en ZEP à St Denis. Elle arrive d’Ardèche et a souhaité changer de région pour des raisons personnelles. Elle découvre donc le quotidien des enseignants et des élèves dans une zone où les conditions sociales sont dégradées. Après « Patients », Grand Corps Malade et Medhi Idir s’intéresse à la situation de l’école en ZEP. Comme pour « Patients », une grande énergie se dégage de leur film. Le ton varie entre l’humour et la gravité. Certains personnages sont vraiment hilarants : l’élève mytho qui invente des excuses totalement improbables pour expliquer ses retards, le prof de sport qui mélange les disciples et crée le foot en roller, l’élève qui charrie un surveillant parce qu’il habite le même immeuble, etc… Mais les réalisateurs n’oublient surtout pas de souligner les difficultés rencontrés par les élèves qui ne voient pas comment leurs situations pourrait s’améliorer grâce à l’école. La fin du film n’est d’ailleurs pas très optimiste quant à l’avenir de ces gamins. La fracture sociale est toujours bien présente sur notre territoire. Les acteurs professionnels se mélangent aux non-professionnels et l’ensemble dégage beaucoup authenticité. Encore une fois, Grand Corps Malade et Medhi Idir nous offre un film plein d’humanité et de sincérité.

 

  • Les hirondelles de Kaboul de Zabou Breitman : A Kaboul en 1998, les talibans font régner la terreur sur la ville. Des hommes sont pendus, des femmes sont lapidées en pleine rue. Personne n’ose plus rien faire, la peur paralyse la population. A l’exception de la jeune Zunaira qui continue à écouter du rock et à peintre ses murs d’images sensuelles. Elle forme un couple harmonieux avec Mohsen qui va bientôt perdre pied suite à un geste irréparable. La destinée de Zunaira va croiser celle de Atiq, gardien de la prison pour femmes. Je n’ai pas lu le roman de Yasmina Khadra dont ce dessin-animé est adapté. Mais ce dernier souligne bien ce que représente la terreur et la barbarie. La ville n’est que ruines, les hommes baissent la tête, les femmes sont de vague formes indéfinis sous les burqas. Le dessin reste dans les tons gris/bruns qui rendent parfaitement la tristesse de la ville à cette époque. Le personnage de Zunaira est très beau, elle reste dans la vie, la joie et éclaire le dessin-animé.

 

  • Fête de famille de Cédric Kahn : A l’occasion de son anniversaire, Andréa accueille toute sa famille dans sa grande maison à la campagne. Il y a le fils aîné Vincent, marié, deux enfants, qui semble bien étable dans la vie. Romain, le cadet, foutraque réalisateur qui est venu accompagné de sa petite amie. A ce tableau de famille manque la fille, Claire, partie aux Etats-Unis depuis de plusieurs années. Elle débarque sans prévenir et transforme rapidement le repas d’anniversaire en règlement de compte. C’est une drôle de famille que nous présente Cédric Kahn. Les membres sont autant capables de s’adorer que de se détester. Les piques, les remarques cinglantes fusent autant que les marques de tendresse. Le détonateur est Claire que l’on pense instable, folle et qui vient réclamer son héritage. Elle est l’élément perturbateur qui vient mettre à jour les dysfonctionnement familiaux qui semblent être nombreux. Cédric Kahn nous entraîne dans un repas de famille entre tragique et comique dont certains moments nous mettent mal à l’aise et évoquent « Festen ». Les acteurs du film sont tous très justes avec en tête Catherine Deneuve en matriarche totalement placide face au fracas qui l’entoure et qui ne veut absolument pas que la fête soit gâchée.

 

  • Downton Abbey de Michael Engler : Downton Abbey est en émoi suite à l’arrivée d’une missive : le roi George V et la reine Mary vont passer une journée au domaine de la famille Crowley. L’intrigue pourrait se résumer à cela même si celle-ci est parsemée de multiples histoires plus ou moins secondaires : l’affrontement entre les domestiques royaux et ceux de Downton, l’héritage d’une cousine de Lady Violet, la tentative d’assassinat du roi, les problèmes financiers de la famille, etc… Cela ne fait pas forcément un film et il faut reconnaître qu’il est à réserver aux admirateurs de la série. Mais le plaisir de retrouver la famille Crowley est bien réel lorsque l’on a suivi leurs aventures pendant six saisons. Le film s’ouvre comme la saison 1, avec l’arrivée d’une lettre qui cette fois n’aura pas de répercussions dramatiques. Joli clin d’œil qui permet de fermer la boucle. Les dialogues sont toujours aussi travaillés et ciselés. Ceux de Lady Violet sont toujours aussi piquants et Maggie Smith impériale. Malgré la légèreté du sujet, Julian Fellowes nous parle également de l’état de l’Angleterre en 1927 : la place des femmes (Lady Edith regrette d’avoir abandonné son travail), des homosexuels avec le retour de Thomas Barrow, la fin de l’aristocratie (Lady Mary se pose la question de la survie du domaine). Julian Fellowes a chois le grand écran pour clore sa saga, cela n’était pas forcément nécessaire mais le film reste plaisant pour les fans de la série.

 

Herland de Charlotte Perkins Gilman

9782221240892ORI

Lors d’une expédition, trois américains entendent parler d’une légende sur un pays de femmes. Personne n’en serait jamais revenu. La curiosité des trois hommes est titillée et ils décident de revenir plus tard pour chercher ce mystérieux endroit. A leur retour dans cette zone, ils finissent par découvrir dans les hauteurs, le fameux pays de femmes. Les trois hommes découvrent effectivement un vaste lieu où ne vivent que des femmes depuis deux mille ans. Elles donnent naissance uniquement à des filles grâce à la parthénogenèse. Toutes semblent vivre en parfaite harmonie. L’arrivée des trois hommes ne les perturbent en rien et elles sont au contraire très curieuses d’en apprendre plus sur eux.

J’avais adoré la lecture de « La séquestrée« , une oeuvre intense et incandescente sur la condition féminine au 19ème siècle. J’étais donc enchantée de lire un autre texte de Charlotte Perkins Gilman. Mais malheureusement, ce texte ne fut pas à la hauteur de mes attentes. Le texte se présente comme le journal de bord de la découverte de Herland, le pays des femmes. On pense aux voyages de Gulliver de Swift, voire au Candide de Voltaire pour le côté fable et découverte d’un autre monde. Le texte met bien évidemment en valeur les différences entre les deux mondes, les deux civilisations. « Herland » parut en 1915 et le rôle de la femme à cette époque était encore bien réduit. Elles étaient soit de la haute société et restaient à la maison pour s’occuper des enfants et des mondanités, soit de basse extraction et elles devaient travailler durement. A Herland, toutes les femmes participent aux tâches. Elles vivent dans une grande communauté où tout se partage, même les enfants qui ne restent pas uniquement avec leurs mères. L’éducation est leur art suprême et tout se fait dans le respect d’autrui. Un monde idyllique auquel se heurte de manière différente les trois hommes : l’un d’eux se fond totalement dans le modèle herlandien, l’autre reste un macho convaincu et le dernier, le narrateur, navigue un peu entre les deux. La rencontre entre les deux univers auraient pu être intéressante et susciter des quiproquos, des situations rocambolesques et cocasses. Mais ici point d’aventures, point d’humour, tout est tristement didactique. Les théories de Herland sont présentées par le biais de discussions et cela finit par être bien plat. A force de vouloir défendre ce monde sans homme, Charlotte Perkins Gilman en oublie totalement le romanesque et je me suis ennuyée à la lecture de ce texte.

Bien que prometteuse à priori, la lecture de « Herland » s’est révélée ennuyeuse et décevante. Voulant à tout prix défendre la cause des femmes, l’auteure en perd de vue le romanesque et le côté épique de son idée de départ.

america

Par le vent pleuré de Ron Rash

9782757871508

A Sylva, dans les Appalaches, un glissement de terrain fait apparaître des ossements humains près d’une rivière. Cette découverte ramène Eugene Matney à l’été 1969. Durant cet été, Eugene et son frère Bill ont fait la connaissance d’une jeune femme, Ligeia. Elle venait de Floride et passait l’été chez son oncle. Elle aimait braver les interdits, profiter de la vie et voulait être indépendante. Eugene tombe totalement sous le charme de la jeune femme. C’est l’été de toutes les premières fois pour lui, l’été où il explore lui aussi tous les interdits. C’est pour lui aussi l’occasion d’échapper à l’autoritarisme de son grand-père médecin. Mais Ligeia disparaît du jour au lendemain emportant avec elle l’insouciance de cet été 1969. Aujourd’hui, Eugene est certain que les ossements retrouvés près de la rivière sont ceux de Ligeia.

« Par le vent pleuré » est le premier roman de Ron Rash que je  lisais et j’ai été totalement convaincue par ce texte court. L’intrigue porte essentiellement sur une cellule familiale et sur trois hommes : Eugene, son frère aîné Bill et leur grand-père. La psychologie de ces trois personnages est finement étudiée et détaillée. L’histoire nous est racontée par Eugene et elle fait des aller-retours entre le présent et l’été 1969 qui sera décisif pour lui. Ce moment  de sa vie le marquera pour toujours, ses souvenirs sont teintés d’un immense regret. La légèreté de cet été, la sensation de liberté (de mœurs mais aussi de libération du joug du grand-père) restent gravées en lui comme un moment unique. Mais l’été 1969 est aussi celui où il découvre l’alcool qu’il ne quittera plus et celui où le mensonge s’établit dans la famille. Bill y joue un rôle ambigu, il protège son petit frère mais aussi, et peut-être surtout, il protège son avenir de chirurgien. Avenir que son grand-père lui a imposé mais qu’il tient néanmoins à défendre au vu de ses efforts pour y parvenir. Bill restera sa vie durant hanté par son grand-père qui lui imposait ses volontés, tandis que Eugene le sera par Ligeia, par ce vent de liberté vite évanoui. Au cœur de ce trio d’hommes trône la jeune femme dont la destinée sera inextricablement liée à eux.

« Par le vent pleuré » montre la capacité de Ron Rash à nous conter une histoire dense psychologiquement en peu de pages. Les personnages sont très incarnés, complexes et Eugene est très attachant malgré (à cause) de ses fêlures. Amis lecteurs, quel autre roman de Ron Rash me conseillez-vous ?

 

america