L'Impressionnisme et la mode

Le musée d’Orsay nous propose une exposition sur la mode chez les impressionnistes alliant peintures et accessoires de mode. En réalité l’exposition ne se limite pas à ce seul mouvement artistique puisqu’elle comporte des toiles de Courbet, James Tissot et Corot.

Femme en bleue-C. Corot

Le XIXème siècle voit l’émergence des grands magasins, comme celui du Louvre ou le printemps, et d’illustrés concernant les dernières modes (même Mallarmé en créa un).

Femme lisant-E. Manet

Les femmes changeaient de tenues en fonction des moments de la journée et de l’année. L’exposition montre très bien les différentes sphères dans lesquelles évoluent les femmes : l’intimité de la journée, le théâtre, les bals, l’été et ses sorties en plein air.

Dans la loge-M. Cassatt

Intérieur-B. Morisot

Femmes au jardin- C.  Monet

On peut voir l’évolution des robes entre 1860 et 1880. Les premiers modèles présentés sont constitués d’une crinoline faisant le tour de la robe et petit à petit l’avant de la robe s’aplatit et la crinoline se déplace vers l’arrière. Le volume qui se situe vers l’arrière s’appelle une tournure (ou faux-cul) et est souvent complété par une traîne. La silhouette de la femme s’allonge et s’affine. Les accessoires prennent une grande importance, on les dit de contenance ce que je trouve très joli. Les femmes complètent leur tenue avec une ombrelle, un éventail, des gants et surtout un chapeau sans lequel il ne saurait être question de sortir à l’extérieur.  

Le milieu social étudié par les impressionnistes est le leur, c’est-à-dire la bourgeoisie voire la haute bourgeoisie et le milieu artistique. Les milieux populaires ne sont quasiment pas représentés. On peut  signaler néanmoins « La chapelière » de Degas, « La demoiselle de magasin » de Tissot (on reste dans le milieu de la mode), « Rue de Paris, jour de pluie » de Caillebotte qui montre des passants ordinaires. La courtisane est représentée à deux reprises avec « Nana » de Manet et « Rolla » de Gervex mais qui sont inspirés de romans et non de situations réelles. C’est peut-être le seul défaut de cette exposition, elle ne nous montre pas comment la mode de la haute société descendait dans la rue et quelle forme elle y prenait.

La demoiselle de magasin- J. Tissot

Les hommes ne sont pas oubliés mais il est vrai que leur possibilité de fantaisie vestimentaire est plus réduite. Le costume masculin devient sobre, austère. La diversité peut se développer au niveau du tissu du pantalon, celui de la cravate ou du gilet. Je signale au passage que mon cher Dickens avait une vaste collection de gilets de costume (non vous ne rêvez pas, même en parlant d’une expo sur la mode et les impressionnistes, j’arrive à placer son nom !!).

Portrait d’homme-G. Caillebotte

La muséographie de l’exposition est vraiment très amusante. Robert Carsen, le scénographe, s’est totalement lâché et est allé au bout de son thème. Dans la partie consacrée à la ville, les cimaises sont recouvertes de tapisserie, nous entendons du piano, les espaces sont petits et donnent l’impression d’être dans des boudoirs. Pour les grands formats, les toiles sont présentées sur des cimaises rouges et entourées de sièges de salle de spectacle qui sont agrémentées du nom de leur propriétaire. Il s’agit de personnalités de l’époque ou de membres  de la haute société. L’exposition se termine à la campagne pour les belles journées d’été ensoleillées le long des bords de Seine. Les toiles sont disposées dans une grande salle où l’on entend un chant d’oiseau, il y a des bancs et du gazon sur le sol. Cette salle permet de vagabonder au milieu des œuvres comme pour une promenade. Certains trouveront peut-être cette muséographie too much mais je l’ai trouvée charmante et originale.

L’exposition du musée d’Orsay ne va pas révolutionner l’histoire de l’art du XIXème siècle mais si vous aimez ce siècle et que vous vous intéressez aux costumes, je ne peux que vous conseillez de vous y rendre avant le 20 janvier. Le musée ne se contente d’ailleurs pas de ces fonds propres (il y a bien entendu de nombreux classiques venant de leur collection comme « Le balcon » de Manet ou « Le déjeuner sur l’herbe » de Monet) et permet de découvrir certaines œuvres méconnues. Pour finir, je tenais à vous signaler la présence dans l’expo du sublime pastel de Manet intitulé « Irma Brunner » que je connaissais déjà mais qui me ravit à chaque fois que je le vois. Il représente pour moi la quintessence de l’élégance et quoi de mieux pour illustrer une exposition sur la mode ?

Irma Brunner-E. Manet

 

25 réflexions sur “L'Impressionnisme et la mode

  1. Le portrait d’homme n’apparait pas, tout un symbole!
    Merci pour cette présentation, j’avais déjà repéré cette expo. Pourrai je m’y rendre? Pas sûr. Déjà Hopper risque de me fatiguer…

  2. J’ai très très très très très envie d’y aller… sans doute pendant les vacances ! Ton billet est très complet, parfait pour une pré-visite 😉 !

  3. J’aime beaucoup l’impressionnisme et j’adore me promener au Musée d’Orsay. Il faut absolument que j’aille voir cette expo, dont le thème me plaît!

  4. J’y suis allée mercredi dernier et je suis à 100% d’accord avec toi : les pièces proposées sont très diversifiées (quel plaisir de redécouvrir les Tissot !), la mise en scène de l’expo vraiment réussie et les robes exposées m’ont fait rêver ! Je pense que je vais craquer pour le catalogue de l’expo (mais bon ! je n’ai pas encore vu son prix !)

    • @Mrs Figg : J’étais aussi ravie que toi de voir des James Tissot, j’aime beaucoup son travail. J’ai rêvé aussi comme toi devant ces splendides robes mais n’oublions pas que ces dames devaient porter un terrible corset pour pouvoir rentrer dedans ! J’ai failli acheter le catalogue mais je suis rabattue sur un magasine afin de pouvoir m’acheter plein de cartes postales !!

  5. J’ai craqué finalement : j’ai acheté le catalogue de l’expo à 45 euros (mais pas de cartes postales quand même) … Pour les robes pareil, je suis restée complètement dubitative : non seulement elles avaient des tailles de guèpe (merci les corsets !) mais pas d’épaules (les robes sont tellement étroites à ce niveau !)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.