Les grands espaces de Catherine Meurisse

9782205074505-couv

Après le magnifique et touchant « La légèreté », Catherine Meurisse a ressenti le besoin de revenir aux sources. Lorsqu’elle avait 7 ans, ses parents ont choisi de quitter la ville pour élever leurs deux filles à la campagne dans le Poitou. Ils s’installent dans une vieille maison à reconstruire et un grand jardin en friche. Tout est à imaginer, à créer, un lieu idéal pour laisser libre cours à l’imagination. Les deux enfants vont pouvoir s’y épanouir.

fedf6a9e04b71ec366a0778128df8

L’album de Catherine Meurisse s’ouvre sur une très belle idée : celle d’une porte dans son appartement parisien qui ouvrirait  sur la campagne, son enfance et les moments partagés dans la maison du Poitou. Dans ce lieu à inventer, se mêle la nature et la culture dans une belle harmonie. La mère s’occupe du jardin, elle plante des boutures venues de chez Marcel Proust à Illiers-Combray, de chez Rabelais ou Montaigne. L’unique vieil arbre de la propriété, un platane, est baptisé Swann. Se trouvent également dans le jardin, un rosier du grand-père maternel et des ancolies de la grand-mère paternelle afin d’inscrire cette nouvelle maison dans l’histoire familiale. Catherine aura droit à son petit coin de jardin, son « Paradou » qui sera un jardin à la française puis un jardin à l’anglaise avec en son centre un Jiminy Criquet un peu particulier : un nain de jardin !

meurisse-jardin

Les deux enfants vont de découverte en découverte. Elles trouvent une gravure de lys dans un mur de la maison et c’est alors Louis XIV qui s’invite dans leur jardin, elles découvrent des coquillages fossilisés, un fragment de sculpture, etc… Elles ouvrent alors un petit musée avec leurs trouvailles et font payer l’entrée 0.50 cts ! Elle découvriront par la suite que Pierre Loti en avait fait de même. Cette vie à la campagne est baignée de culture. La fille aînée, Fanny, a toujours un livre à la main. Catherine Meurisse prête à sa sœur des réflexions d’adultes et des goûts d’adulte. Elle cite Loti, Zola (« La faute de l’abbé Mouret » qui est certes bucolique mais également le plus mauvais de la série des Rougon-Macquart ! Désolée, il fallait que ça sorte ! ), Proust, etc… La grande révélation esthétique se fait lors d’une visite au musée du Louvre. Cette scène est vraiment magnifique et le goût du dessin chez Catherine Meurisse semble naître devant nos yeux. Elle y voit Poussin, Corot et leurs magnifiques paysages qui ressemblent à sa campagne, Le Caravage qu’admire sa sœur.

tumblr_inline_pgyg7m8gMS1ux4i61_1280

« Les grands espaces » est aussi l’occasion de sensibiliser le lecteur aux problèmes de la campagne : le productivisme à outrance, l’utilisation des pesticides, la disparition des haies et des insectes. Tout est fait en dépit du bon sens et surtout sans respect de la terre et de ces cycles naturels. Le capitalisme, qui entraîne la surproduction, est aussi nocif à la campagne qu’ailleurs ! « Les grands espaces » se fait alors ode à la nature, l’agriculture raisonnée et raisonnable, aux paysages sans lotissements affreux qui gâchent la vue !

les-grands-espaces-min

« Les grands espaces » est une très belle bande-dessinée qui rend hommage à la beauté de nos campagnes, aux souvenirs d’enfance et à l’art.

 

 

 

2 réflexions sur “Les grands espaces de Catherine Meurisse

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.