Le cousin Henry de Anthony Trollope

 « C’était un principe auquel il fallait obéir religieusement que, dans l’Angleterre, une terre passât du père au fils aîné, et, à défaut du fils, à l’héritier mâle le plus proche. L’Angleterre ne serait pas ruinée parce que Llanfeare serait transmis en dehors de l’ordre régulier, mais l’Angleterre serait ruinée si les Anglais n’accomplissaient pas les devoirs qui leur incombaient à chacun dans la situation à laquelle Dieu les avait appelés, et, dans ce cas, son devoir à lui était de maintenir le vieil ordre des choses.  »

Indefer Jones a longuement hésité avant d’établir son testament. Il aimerait tant pouvoir laisser ses terres de Llanfeare à sa nièce Isabel. Celle-ci vit avec lui depuis des années et est appréciée de tous les fermiers et villageois. Mais Indefer Jones veut respecter la tradition et se décide en faveur de son neveu Henry. Il le connaît à peine et ne le porte pas dans son estime mais c’est un mâle. Indefer Jones a néanmoins une idée pour régler son cas de conscience : et si Isabel épousait son cousin Henry ?

Anthony Trollope utilise une thématique très anglaise dans ce court roman, la propriété ne peut revenir qu’à un homme. C’était déjà la problématique de « Raison et sentiment » de Jane Austen. Les femmes sont les laissées pour compte de la succession anglaise ! Alors même qu’il n’a jamais rencontré son neveu auparavant Indefer Jones préfère lui laisser ses biens plutôt qu’à Isabel qui lui tient compagnie chaque jour. L’oncle sera rongé par des doutes et des regrets jusqu’à son dernier souffle.

Comme dans « Miss Mackenzie », il ne se passe pas grand chose dans « Le cousin Henry ». Anthony Trollope est plus intéressé par la psychologie de ses personnages que par une intrigue à rebondissements. Les caractères de Henry et Isabel sont au cœur du roman. Le cousin Henry est la lâcheté incarnée et d’une mollesse de caractère incroyable. Il n’agit jamais par méchanceté mais il est totalement incapable de prendre la moindre décision. Néanmoins, il n’est pas totalement antipathique. A son arrivée au village gallois de son oncle, tout le monde le déteste alors que le pauvre n’a rien fait. Il n’inspire que mépris à son oncle et sa cousine. Rien n’est fait pour l’aider ! Quant à elle, Isabel est affectueuse avec son oncle, elle incarne l’abnégation et la droiture. Mais on se rend vite compte que tout cela n’est que fierté et orgueil. Elle n’est finalement pas très sympathique.

« Le cousin Henry » est finalement une nouvelle occasion pour Anthony Trollope de déployer son immense talent pour les analyses psychologiques. Fin connaisseur de la nature humaine, il nous montre l’effet dévastateur de l’argent de l’héritage d’Indefer Jones. Cette deuxième lecture de Trollope confirme mon envie de découvrir toute son œuvre.

 


12 réflexions sur “Le cousin Henry de Anthony Trollope

  1. J’ai moi aussi envie de découvrir son oeuvre surtout ses chroniques de Barsetshire! Malheureusement, je pense qu’elles ne sont pas encore traduites…

  2. C’est un roman très curieux. Il nous plonge dans l’obsession du personnage principal, au bord de la folie… Isabel ne m’a pas été très sympathique non plus et j’ai détesté l’avocat. Trollope a écrit pas mal d’autres histoires avec des personnages faibles qui hésitent, procrastinent. Je trouve aussi que c’est un très bon observateur de la psychologie humaine.

  3. Comme je n’ai pas lu Miss Mackenzie, je ne peux rien dire, mais les deux que j’ai lus, il y a de l’action, et de l’analyse psychologique. Bon, je fais aussi ce challenge, meme si pas démarré;

  4. Oh que ça a l’air bien !
    Par ailleurs, c’est amusant que les anglais aient été si à cheval sur les successions masculines, alors que ça ne les dérangeaient pas que la couronne puisse revenir à une femme.

  5. @Jules : Tu peux trouver les 3 premiers volumes des chroniques de Barsetshire en français : « Le directeur », « Les tours de Barchester » et « Le Docteur Thorne » qui va bientôt sortir chez Fayard. Espérons que cette maison d’édition continue à traduire les autres volumes.

    @Urgonthe : Trollope est quand même très fort, il arrive à nous captiver avec des personnages détestables ! Aucun n’est véritablement attachant dans « Le cousin Henry ». C’est ça fine psychologie qui nous accroche.

    @Keisha : Je suis contente de savoir que tu participes aussi à ce challenge. J’espère que tu pourras lire « Miss Mackenzie » à cette occasion. J’en n’en suis qu’au début de ma découverte de Trollope mais je sens que nous allons bien nous entendre.

    @Céline : Et ça n’en a pas que l’air ! Je suis persuadée que ça te plairait. Ta remarque est très pertinente, c’est vrai que c’est assez surprenant. Mais nos amis Anglais sont assez extravagants pour ça !

  6. C’est un auteur que je ne connaissais que de nom, j’en découvre un peu plus grâce à toi, avant de moi aussi me lancer… ? Tu parles d’analyse psychologique… cela me fait penser à Vita Sackville-West et Stefan Zweig… Qu’en penses-tu ? Peut-on les comparer ? Certes, ils sont tous uniques dans leur talent…

  7. Cousin Henry m’inspire davantage qu’Aaron Trow que j’ai bien envie de laisser se noyer tout seul, d’un autre côté je n’ai plus que dix pages à lire alors bon, je vais essayer de faire cet effort surhumain !

    • @Lou : Tu vas laisser tomber Aaron ? Quel dommage, ça avait l’air si bien ! En tout cas, je ne peux que te conseiller de lire « Le cousin Henry » que j’ai trouvé très bon.

  8. Je suis contente d’avoir découvert ce nouveau barbu avec ce roman. Il va falloir continuer avec d’autres livres maintenant !
    Et je vois que nos avis ne diffèrent pas d’un cheveux !

  9. bonjour
    pour le roman  » Le cousin Henri  »
    est- il traduit en Français ?
    et ou puis-je le trouver
    c’ est une edition Hachette
    j’ai déjà lu beaucoup de ses livres
    merci de me renseigner
    Edith

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.