Jack Rosenblum rêve en anglais de Natasha Solomons

9782253162100-T

Depuis qu’il est arrivé en Angleterre en 1937, Jack Rosenblum tient à suivre à la lettre le fascicule qui lui a été distribué à l’époque : « Pendant votre séjour en Angleterre : informations utiles et conseils amicaux pour tous les réfugiés. » Jack décide d’appliquer point par point le document qui se décline en liste : « Règle n°1 : Consacrez dès à présent tout votre temps à l’apprentissage de la langue anglaise. Règle n°2 : Toujours s’exprimer en anglais. Même un anglais hésitant vaut mieux que l’allemand. », etc… Jack va donc refuser de parler sa langue maternelle (sauf pour jurer), lire scrupuleusement le Times, se faire faire un costume sur mesure à Saville Row, acheter une Jaguar, écouter le bulletin météo de la BBC. Sadie, sa femme, a bien du mal à suivre et à comprendre l’anglomanie excessive de Jack. Elle ne vit, elle, que dans le souvenir de sa famille laissée à Berlin et dont elle n’a pas de nouvelles. Le malentendu s’installe dans le couple et le fossé s’agrandit lorsque Jack se met en tête d’accomplir la Règle n°150 : « Un véritable Anglais est membre d’un club de golf ».

« Jack Rosenblum rêve en anglais » est une fable, un conte délicieux qui enchante son lecteur par sa drôlerie, sa fantaisie. L’anglomanie de Jack Rosenblum prête à rire, il va trop loin, beaucoup trop loin et en devient par moment totalement ridicule. De même, lorsque Jack déménage dans le Dorset, les habitants se font volontairement caricaturaux et forcent le trait du local avec des légendes totalement farfelues (mais le cochon laineux existe peut-être…) pour se moquer du nouvel arrivant.

Mais derrière l’humour se cache un propos plus sérieux et plus sombre. Au travers du couple Rosenblum, l’auteur nous parle de l’immigration des juifs allemands avant et pendant la guerre. L’accueil n’est pas des plus cordial. Les réfugiés furent arrêtés en 1940 et mis en prison pour « menace potentielle pour la sécurité nationale ». Jack découvrira également le mépris et l’antisémitisme de la haute société. Natasha Solomons nous montre à travers le couple Rosenblum deux manières opposées de vivre dans ce nouveau pays : celle de Jack qui veut devenir plus anglais que les anglais et effacer ses origines (il change de noms plusieurs fois, il refuse de parler allemand), celle de Sadie qui ne peut pas oublier son passé et veut conserver le souvenir de la famille (par des photos, par les recettes transmises par sa mère). Chacun va s’apercevoir que chacune de leur manière de vivre est excessive. Ils seront aidés dans leur chemin par une savoureuse galerie de personnages dont le formidable Curtis, sorte de clochard céleste et alcoolisé du Dorset.

« Jack Rosenblum rêve en anglais » est un roman charmant, drôle, plein de tendresse envers ses personnages et qui subtilement évoque l’histoire des immigrés juifs allemands.

A year in England

6 réflexions sur “Jack Rosenblum rêve en anglais de Natasha Solomons

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.