Ne crains pas l’ombre ni les chiens errants de Camille Zabka

Zabka

« C’est la bonne nuit pour fuir. » Cassandra quitte son mari et leur maison située dans un complexe pour expatriés en Indonésie. Elle file en pleine nuit, à travers la forêt avec sa fille encore bébé. « Le voyage, la vie au loin recommencée », voilà le promesse que se sont faite Cassandra et son mari en quittant Paris. Un nouveau souffle, du dépaysement, des rivages lointains, les odeurs d’Extrême-Orient devaient les attendre à l’arrivée. Mais, si les débuts furent heureux, Cassandra découvre aussi une toute autre réalité en Indonésie et un mari bien différent de celui qu’elle avait épousé.

« Ne crains pas l’ombre ni les chiens errants » est le deuxième roman de Camille Zabka et il s’agit du récit d’une fuite, celle de Cassandra pour rejoindre la France. Nous la suivons au travers de la forêt, dans le taxi à Magelang, dans l’avion pour Jakarta. L’urgence, la peur sont les compagnons de voyage de l’héroïne et elles habitent l’écriture de Camille Zabka. Cassandra, nous le la lâchons pas d’une semelle, elle nous embarque avec dans son périple dès la première phrase. Au travers de celui-ci, elle nous raconte une autre fuite, celle qui l’amena d’Arras à Paris. Élevée seule par sa mère, Cassandra grandit en ayant honte de l’étroitesse de cette vie, des ménages de sa mère et du ciel bas. Elle rêve alors de Paris, d’émancipation, de culture. Mais Cassandra apprendra en Indonésie qu’il n’est pas possible de passer sa vie à fuir.

« Ne crains pas l’ombre ni les chiens errants » est nourri par la propre expérience d’expatriée de Camille Zabka à Djakarta. Et cela se sent dans les descriptions des paysages, des bruits, des odeurs, de la chaleur écrasante, du grouillement des villes. L’Indonésie palpite dans les mots de l’auteur qui nous fait également voir une bien triste réalité écologique : les forêts brûlées, leurs cendres qui s’insinuent partout, la mer de déchets plastiques, un pays massacré, détruit.

Avec une écriture rythmée, vive et des chapitres courts, Camille Zbaka nous propose de suivre la fuite, mais également la libération, de son héroïne Cassandra. Une belle découverte et une voix que j’ai envie de retrouver.

Merci aux éditions de L’Iconoclaste pour cette lecture.

2 réflexions sur “Ne crains pas l’ombre ni les chiens errants de Camille Zabka

  1. J’aime beaucoup cette maison d’édition, à chaque fois des lectures fortes et marquantes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.