Severa de Maria Messina

Maria-Messina-Severa_COUV-BANDEAU-680x1044

Dans une petite ville près de Bologne vit modestement la famille Santi qui compte trois enfants : l’ambitieuse et froide Severa, l’effacée Myriam et le jeune Pierino. Contrairement à sa cadette, Severa refuse d’accepter le piètre sort qui l’attend : « (…) Parce que je le forcerai, ce destin ! Je ne me laisserai pas écraser comme toi, comme maman, comme beaucoup de femmes que je connais et qui ne me font pas pitié : au contraire, elles me mettent en rage, parce que chacun de nous a le destin qu’il mérite. » Grâce à sa volonté sans faille, Severa va réussir à s’extraire de son milieu social mais le prix de son ascension sera lourd à payer.

Après avoir adoré « La maison dans l’impasse », j’ai été ravie de retrouver la plume subtile de Maria Messina. « Severa » a été écrit en 1928 et il fut le dernier roman de son auteure, atteinte de sclérose en plaques. « La maison dans l’impasse » et « Severa » ont des points communs. Au centre des deux livres, se trouvent deux sœurs qui vont s’éloigner et qui ne se comprennent pas. Severa, l’aînée, est antipathique tant elle est orgueilleuse et méprisante envers sa famille. La douce et humble Myriam s’efface devant le caractère de sa sœur mais elle sera une femme courageuse quand sa famille en aura besoin.

Comme dans « La maison dans l’impasse », le sort des femmes est le thème principal du roman. Elles n’ont pas leur destin entre leurs mains. Et Severa refuse de se résigner, de courber l’échine. Mais le roman de Maria Messina est extrêmement pessimiste. « Severa » est le récit d’une chute, d’une rébellion contre l’ordre établi qui échoue. Le mépris de classe ne s’efface pas si facilement. L’histoire de Severa se teinte d’une profonde amertume et d’une terrible solitude.

« Severa » nous raconte avec lucidité, le destin cruel d’une femme voulant échapper à son milieu social et refusant la médiocrité du sort réservé aux femmes. Comme « La maison dans l’impasse », « Severa » est un roman resserré, épuré et qui brille par son intensité.

Traduction Marguerite Pozzoli

2 réflexions sur “Severa de Maria Messina

  1. Très belle chronique, très juste ! J’avais bien aimé ma lecture même si j’avoue être restée assez distante vis-à-vis de Severa

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.