La blonde aux yeux noirs de Benjamin Black

BlackJPG

 « Un signal sonore m’annonça que quelqu’un avait ouvert la porte extérieure, puis une femme traversa la salle d’attente et fit une brève halte devant mon bureau. Le clac-clac des talons hauts sur le plancher ne me laisse jamais indifférent. J’allais l’inviter à entrer de ma voix spécialement grave, style Aie-confiance-cher-client, quand elle entra, sans frapper. » C’est ainsi que Clare Cavendish entra dans la vie du détective privé Philip Marlowe. Elle souhaite l’engager pour enquêter sur la mort de son amant Nico Peterson. Ce dernier s’est fait renverser par un chauffeur deux mois auparavant à la sortie d’un club. Riche héritière, Clare fascine tout de suite Marlowe grâce son élégance et son physique racé. Il accepte donc d’enquêter sur la disparition de Peterson. Ce dernier se révèle avoir eu une vie assez trouble, proche des milieux interlopes. Mais que faisait une femme comme Clare Cavendish avec cette petite frappe ? Philip Marlowe n’est pas au bout de ses surprises et encore moins de ses peines.

Benjamin Black, pseudo de John Banville lorsqu’il écrit des romans noirs, a décidé de faire revivre l’un des symboles du hardboiled américain : Philip Marlowe, le héros de Raymond Chandler. L’auteur lit les romans de Chandler depuis son adolescence et a souhaité lui rendre hommage. Son point de départ fut la liste de titres de futurs romans que Raymond Chandler établissait. Parmi eux figurait « La blonde aux yeux noirs ».

Le pari de Benjamin Black est parfaitement réussi. Le lecteur retrouve tout de suite ses marques. On est au début des années 50 à Bay City, au sud de la Californie. Hollywood est toute proche et attire les jeunes gens plein d’espoir et d’ambition. Les femmes ont des tailleurs cintrés, des chapeaux à voilette et des talons aiguille. Les hommes ont un chapeau mou vissé sur la tête, une cigarette au coin de la bouche et un verre de whisky à la main. Benjamin Black nous replonge immédiatement dans cette ambiance, l’imaginaire est en terrain conquis, la silhouette de Bogart se dessine devant nos yeux.

Et Philip Marlowe n’a pas changé. Il est toujours ce pessimiste loyal et au code de l’honneur impeccable. Les cuites lui font oublier les coups durs et les coups de poing. Derrière cette carapace de dur à cuire, bat un cœur sensible qui ne sait pas résister au beau minois d’une blonde aux yeux noirs. Comme toujours, l’intrigue, qui semble simple au départ, va s’avérer beaucoup plus complexe et dangereuse. Marlowe se trouve embarqué bien malgré lui dans une bien sombre affaire aux nombreuses ramifications. Et comme toujours, il aura bien du mal à se faire payer !

Derrière ce terrain bien balisé, Benjamin Black a disséminé tout au long du roman des clins d’œil à son Irlande natale. Vous croiserez à Bay City Michael Collins et la guerre d’Indépendance ou encore une citation d’Oscar Wilde. Il fallait que l’écrivain marque un peu de son empreinte l’univers de Raymond Chandler.

« La blonde aux yeux noirs » est un hommage au héros de Raymond Chandler par un très grand écrivain contemporain. L’univers de Marlowe est parfaitement reconstitué, l’intrigue tient ses promesses. J’ai pris beaucoup de plaisir à retrouver le privé le plus désabusé et alcoolisé de la littérature américaine.

Merci aux éditions Robert-Laffont.