Nymphéas noirs de Cassegrain, Duval et Bussi

9782800173504_1_75

Dans le paisible village de Giverny, est retrouvé, baignant dans un ru, le corps d’un homme qui a été manifestement assassiné. C’est une vieille dame qui a trouvé le corps lors de sa promenade matinale avec Neptune, le chien du village. Mais elle passe sa route et laisse quelqu’un d’autre prévenir la police. L’inspecteur Sérénac est chargé de l’enquête avec son adjoint. Le cadavre est celui de Jérôme Morval, ophtalmologue à Rouen et originaire de Giverny. Ce dernier était connu pour ses nombreux adultères. Il faisait notamment la cour à l’institutrice, la très séduisante Stéphanie Dupain. Sur le corps, a été retrouvée une mystérieuse carte postale adressée pour l’anniversaire d’un enfant de 11 ans. Or, le couple Morval n’avait pas d’enfants. Autre piste pour l’inspecteur, Jérôme Morval était un grand amateur d’art qui était à la recherche d’un tableau de Claude Monet légendaire : les Nymphéas noirs.

2607_P1

Je n’ai jamais lu de roman de Michel Bussi, je ne connaissais donc pas l’intrigue des « Nymphéas noirs » avant d’ouvrir cette bande-dessinée. La bande-dessinée s’ouvre comme un conte : « Trois femmes vivaient dans un village. La première était méchante… La deuxième était menteuse… La troisième était égoïste. » Voilà un commencement fort intriguant ! C’est l’une de ces trois femmes qui va devenir la narratrice des événements qui frappent Giverny. Les trois femmes seront au centre de l’enquête policière. La narratrice a 80 ans, bientôt veuve ; elle cache manifestement quelque chose. Elle est une observatrice redoutable et à ce titre, elle en sait forcément long sur les autres habitants. La deuxième est Stéphanie Dupain, 30 ans, institutrice malheureuse en amour et qui joue de ses charmes auprès de l’inspecteur. La troisième est Fanette Morel, elle a 11 ans et un talent inné pour la peinture. Les trois femmes semblent, au début, n’avoir aucun lien les unes avec les autres, jusqu’à ce que le lecteur découvre, stupéfait, le fin mot de cette histoire.

1

L’histoire est extrêmement bien menée et le suspense entretenu jusqu’à la fin. La mort de Jérôme Morval n’est pas la seule à émailler le quotidien du village de Giverny. D’ailleurs, les meurtres ne sont pas tous contemporains, le scénario joue avec les époques. Comme dans toute bonne intrigue policière qui se respecte, nous sommes entraînés sur de nombreuses fausses pistes et il impossible de démêler les fils de cette histoire. Ce qui m’a beaucoup plu dans l’intrigue, ce sont les nombreuses références à Claude Monet (à Giverny, c’est presque une obligation !). Et j’ai bien aimé l’idée des Nymphéas noir, Monet en tant peint qu’imaginer un tableau caché et inconnu n’a rien d’irréaliste. Et bien évidemment, à de nombreuses reprises, l’histoire nous emmène dans la maison et les jardins du peintre où j’ai toujours plaisir à me rendre. Ce décor est formidablement bien rendu par le dessin de Cassegrain, très lumineux et coloré à l’image des toiles de Monet.

XVM0c189d56-2f7d-11e9-a4bc-c0ff9be8eca7-805x541

Je suis ravie d’avoir lu cette bande-dessinée qui m’a permis de faire un tour du côté de Giverny et dont l’intrigue, parfaitement maîtrisée, nous emmène à un dénouement pour le moins inattendu.

9 réflexions sur “Nymphéas noirs de Cassegrain, Duval et Bussi

  1. Pingback: Bilan livresque et cinéma de mai | Plaisirs à cultiver

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.