Bilan livresque et cinéma de décembre

Voici venu le dernier bilan mensuel de 2019. Six romans complètent mes lectures de 2019 et deux BD. J’ai déjà eu l’occasion de vous parler de« Dévorer le ciel »qui a confirmé mon manque d’affinités avec les romans de Paolo Giordano, et de « Cape May »un bon divertissement sur la puissance du désir. Je poursuis toujours ma lecture de la série des Rougon-Macquart avec le 18ème volume : « L’argent ». La fin se rapproche !! Dans le cadre du formidable Prix bookstagram du roman étranger, j’ai lu « Orange amère » de Ann Patchett et « En attendant Eden » de Elliot Ackerman, deux formidables romans dont je vous parlerai en janvier. Je pense finir l’année sur un autre roman pour ce même prix « Cadavre exquis d’Agustina Bazterrica. Viennent s’ajouter deux BD :  « Dans la forêt », une adaptation fidèle du roman de Jean Hegland dont les dessins ne m’ont pas séduite, « Dans la tête de Sherlock Holmes » dont je vous reparlerai et dont la mise en page est extrêmement imaginative. J’en ai fini avec ce bilan de décembre du côté des livres et des BD. Je ferai bien entendu un bilan annuel après le 1er janvier.

Cinq bons films ont également ponctué mon mois de décembre dont trois ont été plus marquants :

3000705.jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx

Matilda accouche de son premier enfant, Gloria. Sa famille l’entoure : son mari Richard, sa mère et son beau-père, sa sœur Aurore et son mari Bruno. Le grand absent est le père de Matilda, Daniel, qui est en prison pour avoir tué un homme. Il sort bientôt et rejoint Marseille pour faire connaissance avec sa petite-fille. Il retrouve une famille plongée dans la précarité et les difficultés financières.

Le 21ème film de Robert Guédiguian est un mélodrame social implacable qui nous montre la déliquescence de la société et sa précarité galopante. La mère de Matilda est femme de ménage, son mari est chauffeur de bus (ce qui permet au réalisateur de nous montrer sa très chère ville, ses nouveaux quartiers, ses travaux, ses quartiers laissés à l’abandon), tous les deux ont du mal à boucler les fins de mois. Malgré cela, ils aident Matilda qui peine à trouver un emploi stable. Son mari est chauffeur dans une société type uber et doit payer le crédit de sa voiture. Les seuls qui réussissent sont Aurore et Bruno, ce sont deux cyniques qui exploitent la misère des autres. Eux refusent d’aider Matilda qu’ils considèrent comme ratée. La solidarité n’existe plus, même pour la famille proche. Seuls les parents ont encore le sens de la générosité et du partage. « Gloria mundi » est bien sombre, rien ne semble pouvoir éclairer le quotidien des personnages. Voir un film de Robert Guédiguian, c’est avoir aussi l’impression de retrouver une famille. Le noyau historique est là : Ariane Ascaride qui a reçu le prix d’interprétation à la Mostra de Venise, Jean-Pierre Darrousin et Gérard Meylan qui est ici un bloc de solitude et incarne le personnage le plus touchant du film. On retrouve aussi la jeune garde qui a rejoint peu à peu la troupe : Anaïs Demoustier, Robinson Stevenin, Grégoire Leprince-Ringuet et Lola Naymark. Encore une fois, un casting impeccable au service du cinéma social et réaliste de Robert Guédiguian.

25148f493c1695d358c178b5543a948e05e0e403

Si vous aimez Agatha Christie et les parties de Cluedo, ce film est fait pour vous. Harlan Thrombey, célèbre auteur de polars est retrouvé mort dans son manoir. La police conclut à un suicide. Mais un détective privé, Benoit Blanc, a été engagé pour démontrer qu’il s’agit d’un meurtre. La veille, Harlan avait invité l’ensemble de sa famille pour son anniversaire. Il y avait la fille aînée, Linda, qui a réussi dans l’immobilier, Walt qui tient les rênes de la maison d’édition et publie les textes de son père et Joni la belle-fille. Tous ont bien évidemment de bonnes raison de vouloir la mort de Harlan. Mais le testament de ce dernier leur réserve une mauvaise surprise.

« A couteaux tirés » est un régal. Tout d’abord, l’intrigue est extrêmement bien ficelée. Elle se développe à travers des flash-backs, chacun présente la soirée de la veille selon son point de vue. La bonne idée est le personnage qui ne sait pas mentir et vomit dès qu’il le fait. Ce qui crée des gags visuels qui se rajoutent aux formidables dialogues, ciselés. L’intrigue, qui semble simple, nous réserve des surprises, des rebondissements bien sentis. En plus d’une excellente intrigue, « A couteaux tirés » nous offre des numéros d’acteurs savoureux. Le casting est de haute qualité : Daniel Craig, Jamie Lee Curtis, Toni Collette, Chris Evans, Michael Shannon, Don Johnson, Christopher Plummer. Et c’est un grand plaisir de spectateur que nous offre le film de Rian Johnson, un divertissement de qualité.

0008930.jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx

Evelyne Ducat est portée disparue sur le plateau enneigé des Causses. Sa voiture a été trouvée au bord de la route. Dans cette région isolée, cette disparition questionne.

Le dernier film de Dominik Moll est adapté du roman éponyme de Colin Niel. L’intrigue donne la parole aux différents personnages : Alice, assistante sociale qui parcourt le plateau pour ses rendez-vous, Joseph agriculteur taiseux et inquiétant, Marion jeune serveuse amoureuse d’Evelyne et Michel le mari d’Alice. Chacun éclaire la disparition d’Evelyne, les récits se croisent, dévoilent des événements ou créent plus des zones d’ombre. La construction est l’un des points forts du film. Elle peut sembler tortueuse (d’autant plus que le film s’ouvre sur Abidjan) mais elle est en réalité très fluide, elle apporte et entretien le suspens. L’autre point fort du film, ce sont les acteurs : Denis Menochet, Laure Calamy, Valeria Bruni-Tedeschi, Damien Bonnard. Leurs personnages sont totalement seuls, isolés et pas seulement géographiquement. Tous semblent avoir un besoin impérieux d’être aimé. La fin du film le souligne d’ailleurs de manière forte. « Seules les bêtes » est un excellent Dominik Moll, parfaitement construit et servi par une solide troupe d’acteurs.

Et sinon :

  • Notre Dame de Valérie Donzelli : Maud Crayon est architecte. Elle a deux enfants et un ex envahissant. Sa carrière stagne quand un coup de pouce du destin va lui permettre de participer au concours pour l’aménagement du parvis de Notre Dame. Son projet, prévu au départ pour une aire de jeux, va remporter le concours. Et les ennuis vont commencer pour Maud, à commencer par le retour de son amour de jeunesse Bacchus. Valérie Donzelli revient avec une comédie tourbillonnante et d’une grande légèreté. Elle met en scène une ville de Paris noyée sous des trompes d’eau, le climat se dégrade et pas seulement au niveau météorologique. Les parisiens ne cessent de s’envoyer des gifles ! Face à ce chaos, Maud essaie de tout gérer avec maladresse et un charme désarmant. « Notre Dame » a des petits côtés Nouvlle vague d’une grande fraîcheur. Valérie Donzelli manie la fantaisie, la poésie à merveille et son dernier film retrouve l’esprit du premier « La reine des pommes ».

 

  • The lighthouse de Robert Eggers : A la fin du XIXème, deux gardiens de phare accostent sur une île désolée. Ils sont là pour quatre semaines. Il y a le gardien chevronné qui se garde le privilège de s’occuper de la lumière du phare et le débutant qui doit obéir à chaque ordre et faire le sale boulot. Tout se passe bien (ou presque) pendant quatre semaines. Malheureusement, au moment de leur départ, une tempête s’abat sur l’île, empêchant la relève d’arriver. Voilà un film qui ne peut pas s’oublier ! Tout en noir et blanc, le film de Robert Eggers évoque l’expressionnisme. La musique bruitiste, l’austérité de la mise en scène nous plongent dans un univers à part, original et inquiétant (et par moment frisant le fantastique). Et que dire des deux personnages ? Affreux, sales et méchants sont des adjectifs qui les résument assez bien. Ils sont répugnants au possible, leur relation est malsaine. Une fois le retour impossible, la violence et la folie guettent les deux acolytes. Willem Dafoe et Robert Pattinson sont saisissants et franchement dérangeants (ou dérangés !). « The lighthouse » est un film surprenant flirtant avec l’absurde et la folie.

 

2 réflexions sur “Bilan livresque et cinéma de décembre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.