Intempéries de Rosamond Lehmann

008078677

Londres 1930, Olivia Curtis habite chez sa cousine Etty et elle travaille comme assistante pour une amie photographe. Elle ne vit plus avec son mari mais le divorce n’est pas envisageable. Olivia mène une vie bohème et pauvre. Elle semble être passée à côté de sa vie, contrairement à sa sœur Kate, mariée et mère de famille. En rentrant chez ses parents, elle rencontre dans le train Rollo Spencer. Ce dernier est le frère de sa grande amie d’enfance Marigold. Lors de son premier bal, le jeune homme lui avait fait forte impression. Ses retrouvailles vont se prolonger et se transformer en liaison alors que Rollo est également marié.

Nous avions quitté Olivia Curtis au sortir de l’adolescence dans « L’invitation à la valse« . La vie et ses possibles s’offraient alors à elle. Nous la retrouvons désenchantée, vulnérable, incertaine quant à son avenir. Sa liaison avec Rollo est une planche salvatrice sur laquelle elle peut s’appuyer. Elle remplit un vide dans la vie d’Olivia mais également dans celle de Rollo dont la vie conjugale n’est pas très heureuse. Rosamond Lehmann décrit avec minutie, acuité la liaison adultère d’Olivia et Rollo. Leurs sentiments sont détaillés : le désir, la culpabilité, la jalousie, la désillusion. Chacun des deux protagonistes est observé finement dans les soubresauts de leur histoire.

« Intempéries » est un roman moderne par son fond et sa forme. Rosamond Lehmann utilise à nombreuses reprises le flux de conscience des différents personnages. Il s’intercale avec le récit, les dialogues, nous plongeant ainsi  dans l’esprit de chacun des protagonistes. L’auteure réalise ce passage entre l’extérieur et l’intérieur avec une grande fluidité. Le roman est moderne également dans ses thèmes. Même si sa vie est difficile, Olivia assume son choix de vie à l’écart des codes sociaux de l’époque et la liberté induite par celui-ci. Une scène m’a marquée et elle a choqué au moment de la publication du roman en 1936. Rosamond Lehmann raconte dans une longue scène l’avortement d’Olivia , une scène à la fois ordinaire et extraordinaire. Ce moment du roman est puissant tout en étant écrit avec beaucoup de retenue et de pudeur.

En deux romans, Rosamond Lehmann dresse le portrait d’une jeune femme de son adolescence au début de l’âge adulte avec une grande précision dans la description de son état psychologique et avec une empathie infinie.

Traduction Jean Talva

20210522_175412_0000

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.