Bilan livresque et films d’août

Image-1

Ce mois d’août marque la fin des vacances mais il est également sous le signe du mois américain. Cinq livres à mon compteur qui seront tous chroniqués en septembre. Mes préférés sont « L’homme de la montagne » de Joyce Maynard, « Un travail comme un autre » de Virginia Reeves qui avait obtenu le prix Page des libraires l’année dernière et « Tribulations d’un précaire » de Iain Levison que la ministre du travail ferait bien de lire avant d’attaquer notre code du travail.

Trois films sortent du lot :

120battementsparminute_Teaser.indd

Au début des années 90, Act up met en place des actions frappants l’opinion publique afin de faire sortir de l’ombre les malades du sida. Les réunions hebdomadaires servent à planifier et à débriefer ces actions. S’y rencontrent Thibault, le leader du mouvement, Sean, séropositif vindicatif et radical et Nathan, jeune homosexuel ayant échappé à la maladie. Sean et Nathan débutent une histoire d’amour sous le signe de la maladie. Leurs histoires personnelles se mélangent à la vie du collectif et c’est la grande force du film de savoir parfaitement entrelacer les deux. C’est un film politique qui montre tous les enjeux de la lutte d’Act Up pour la prévention et le traitement de la maladie. C’est également un film sur le plaisir, la joie d’être en vie et d’en profiter tant que cela est possible. De bout en bout, le film de Robin Campillo est remarquable de justesse, d’intelligence. Les acteurs contribuent à cette belle réussite : Nahuel Pérez Biscayart, Arnaud Valois et Antoine Reinartz pour ne citer que le trio de tête. Le Grand Prix du dernier festival de Cannes était très largement mérité.

074483.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

En Virginie, pendant la guerre de Sécession, le caporal John McBurney est un soldat nordiste blessé. Une enfant le découvre et l’emmène dans son pensionnat de jeunes filles dirigée par Miss Martha qui est secondée par Edwina, l’institutrice. Les deux femmes et les jeunes filles soignent le caporal et tombent sous son charme. Celui-ci doit tout faire pour qu’elles ne le livrent pas aux sudistes et n’a aucune envie de repartir sur le front. Les jalousies commencent à poindre. « Les proies » avaient déjà été adaptées par Don Siegel en 1971 avec le charismatique Clint Eastwood. Ici, nous sommes bien dans un film de Sofia Coppola, ce qui l’intéresse le plus ce sont les jeunes filles. Et c’est leur point de vue qui est privilégié, leur frustration, la convoitise qui couve le corps du caporal. Nicole Kidman est magistrale, ses regards se font de plus en plus inquiétants, de plus en plus pervers.  Colin Farrell joue plus sur la vulnérabilité de McBurney, sur l’émotion alors que Clint Eastwood était tout en magnétisme. Sofia Coppola a su parfaitement adapter ses propres obsessions à cette histoire et  lui donner une tonalité différente de celle du film de Don Siegel.

422076.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

Durant l’été caniculaire, à Madrid, une série de viols suivis de meurtres sur des vieilles dames a lieu. Deux flics sont chargés de l’enquête : un bègue et une tête brûlée. Torturés, violents, les deux policiers vont devoir lutter contre leurs démons pour affronter ce prédateur sexuel. « Que dios nos perdone » s’inscrit dans la réalité politique et social de l’Espagne. La crise est manifeste et le mouvement des indignés se met en place. Ces derniers croisent dans les rues les fervents catholiques venus assister à la visite de benoît XVI dans la capitale espagnole. Les meilleurs polars sont ceux qui réussissent à entremêler le contexte social et l’enquête policière et c’est bien le cas ici. L’atmosphère est sombre, plombée aussi bien par les fortes températures que par la perversité des crimes. Les apparences sont trompeuses et les pulsions les plus malsaines se cachent sous un visage d’ange. Un thriller extrêmement réussi.

Et sinon :

  • My cousin Rachel de Roger Michell : Philip, adopté par son oncle, apprend à distance le mariage puis la mort de celui-ci en Italie. Sûr que Rachel, la femme de son oncle, est à l’origine du décès, Philip compte se venger. Mais lorsque Rachel vient s’installer en Angleterre, la réaction de Philip est tout autre. Il tombe sous le charme de sa magnifique tante. Le point fort de cette adaptation du roman de daphné du Maurier est Rachel Weisz qui incarne divinement la vénéneuse tante de Philip. Les costumes, les images sont certes léchées mais la réalisation manque de relief. L’ambiguïté, au coeur du roman, en perd de sa force.

 

  • Une vie violente de Thierry de Peretti : Stéphane apprend, alors qu’il s’est réfugié à Paris, la mort d’un de ses amis avec qui il était entré dans le groupe Armata Corsa. Il décide alors de revenir en Corse même si cela signifie mettre sa vie en danger. Le film montre le parcours d’un jeune homme de bonne famille qui bascule dans la violence du nationalisme par idéologie. L’histoire de Stéphane ressemble aux drames antiques, son destin semble un engrenage inéluctable nourrit par les vendettas de l’île. Le jeune homme se perd dans la lutte collective. Dommage que, par moments, les enjeux entre les différentes factions, les personnages ne soient pas très compréhensibles pour le spectateur.

 

  • Djam de Tony Gatlif : Djam doit aller à Istanbul pour acheter une pièce de bateau russe pour son beau-père. La jeune femme, passionnée de musique traditionnelle, traverse la Turquie pour revenir ensuite sur son île de Lesbos. Elle croise sur sa route une jeune française paumée, des réfugiés, un grec au bord du gouffre à cause de la crise financière. La jeune femme est débordante de vie, fiévreuse et très intense. Elle est incroyablement libre et n’a pas froid aux yeux. A travers son road-trip, Tony Gatlif nous montre une Europe mal en point, en difficulté mais encore pleine d’humanité, de dignité. Daphné Patakia, qui incarne Djam, est sidérante de naturel et de fraîcheur.

9 réflexions sur “Bilan livresque et films d’août

  1. Je te rejoins complètement sur Ma cousine Rachel, un film très classique, qui suis la trame narrative du roman, mais sans rien de particulièrement dense. Les proies, j’ai beaucoup apprécié et la réalisatrice a pris un vrai risque en jouant le marivaudage, presque innocent … en première partie, la montée en tension n’en est que plus fulgurante !

    • Sofia Coppola traite son film avec beaucoup de délicatesse, de joliesse et le dénouement n’en est que plus frappant. Le décalage m’a fait penser à « Virgin suicides » où elle est traitait d’un thème dramatique avec de très belles images.

    • J’ai revu le Don Siegel avant de voir la nouvelle version et j’ai trouvé la comparaison très intéressante. Les deux points de vue sont très marqués, très différents pour un même film.

  2. ça me rassure ce que tu dis sur Une vie violente parce que j’avais l’impression d’être complètement bête, mais clairement je n’ai pas compris grand chose à ce film!!! Je ne sais pas si j’aurai l’occasion de voir Les proies qui me tente bien mais une chose est sûre, samedi j’irai voir 120 battements par minute. J’ai hâte de lire ton avis sur le Joyce Maynard.

    • Tu me rassures aussi sur « Une vie violente », la bataille entre les différentes factions indépendantistes est totalement obscure ! J’espère que tu as aimé « 120 battements par minute », c’est un film tellement fort et touchant.

  3. Moi qui voulais regarder My cousin Rachel… 😆

    Beau bilan, je vais m’inspirer de tes titres pour avoir des idées de lecture, notamment de tribulations d’un précaire, d’un travail comme un autre et de dodgers que je dois encore lire ! 😉

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.