Par le vent pleuré de Ron Rash

9782757871508

A Sylva, dans les Appalaches, un glissement de terrain fait apparaître des ossements humains près d’une rivière. Cette découverte ramène Eugene Matney à l’été 1969. Durant cet été, Eugene et son frère Bill ont fait la connaissance d’une jeune femme, Ligeia. Elle venait de Floride et passait l’été chez son oncle. Elle aimait braver les interdits, profiter de la vie et voulait être indépendante. Eugene tombe totalement sous le charme de la jeune femme. C’est l’été de toutes les premières fois pour lui, l’été où il explore lui aussi tous les interdits. C’est pour lui aussi l’occasion d’échapper à l’autoritarisme de son grand-père médecin. Mais Ligeia disparaît du jour au lendemain emportant avec elle l’insouciance de cet été 1969. Aujourd’hui, Eugene est certain que les ossements retrouvés près de la rivière sont ceux de Ligeia.

« Par le vent pleuré » est le premier roman de Ron Rash que je  lisais et j’ai été totalement convaincue par ce texte court. L’intrigue porte essentiellement sur une cellule familiale et sur trois hommes : Eugene, son frère aîné Bill et leur grand-père. La psychologie de ces trois personnages est finement étudiée et détaillée. L’histoire nous est racontée par Eugene et elle fait des aller-retours entre le présent et l’été 1969 qui sera décisif pour lui. Ce moment  de sa vie le marquera pour toujours, ses souvenirs sont teintés d’un immense regret. La légèreté de cet été, la sensation de liberté (de mœurs mais aussi de libération du joug du grand-père) restent gravées en lui comme un moment unique. Mais l’été 1969 est aussi celui où il découvre l’alcool qu’il ne quittera plus et celui où le mensonge s’établit dans la famille. Bill y joue un rôle ambigu, il protège son petit frère mais aussi, et peut-être surtout, il protège son avenir de chirurgien. Avenir que son grand-père lui a imposé mais qu’il tient néanmoins à défendre au vu de ses efforts pour y parvenir. Bill restera sa vie durant hanté par son grand-père qui lui imposait ses volontés, tandis que Eugene le sera par Ligeia, par ce vent de liberté vite évanoui. Au cœur de ce trio d’hommes trône la jeune femme dont la destinée sera inextricablement liée à eux.

« Par le vent pleuré » montre la capacité de Ron Rash à nous conter une histoire dense psychologiquement en peu de pages. Les personnages sont très incarnés, complexes et Eugene est très attachant malgré (à cause) de ses fêlures. Amis lecteurs, quel autre roman de Ron Rash me conseillez-vous ?

 

america

16 réflexions sur “Par le vent pleuré de Ron Rash

  1. Serena m’a totalement conquise. Je ne connaissais pas ce texte, mais puisqu’il est court, je vais tenter de le trouver, et de le glisser dans mes prochaines lectures. Merci!

  2. Pingback: Billet récapitulatif du mois américain 2019 | Plaisirs à cultiver

  3. Après toutes ces années, je n’ai toujours pas lu Ron Rash. Ce dernier roman semble avoir quelque peu déçu les « fidèles » du premier jour. Cela laisse augurer de merveilleux moments si tu pars à la découverte de ses autres livres 🙂

    • J’ai attendu bien longtemps aussi avant de me décider, ton tour viendra aussi !!! Oui, je sens qu’il y a des pépites dans sa bibliographie !

    • Je pense qu’effectivement mon prochain sera « Serena » dont j’avais lu l’adaptation en BD. Je note également « Un pied au paradis ».

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.