Herland de Charlotte Perkins Gilman

9782221240892ORI

Lors d’une expédition, trois américains entendent parler d’une légende sur un pays de femmes. Personne n’en serait jamais revenu. La curiosité des trois hommes est titillée et ils décident de revenir plus tard pour chercher ce mystérieux endroit. A leur retour dans cette zone, ils finissent par découvrir dans les hauteurs, le fameux pays de femmes. Les trois hommes découvrent effectivement un vaste lieu où ne vivent que des femmes depuis deux mille ans. Elles donnent naissance uniquement à des filles grâce à la parthénogenèse. Toutes semblent vivre en parfaite harmonie. L’arrivée des trois hommes ne les perturbent en rien et elles sont au contraire très curieuses d’en apprendre plus sur eux.

J’avais adoré la lecture de « La séquestrée« , une oeuvre intense et incandescente sur la condition féminine au 19ème siècle. J’étais donc enchantée de lire un autre texte de Charlotte Perkins Gilman. Mais malheureusement, ce texte ne fut pas à la hauteur de mes attentes. Le texte se présente comme le journal de bord de la découverte de Herland, le pays des femmes. On pense aux voyages de Gulliver de Swift, voire au Candide de Voltaire pour le côté fable et découverte d’un autre monde. Le texte met bien évidemment en valeur les différences entre les deux mondes, les deux civilisations. « Herland » parut en 1915 et le rôle de la femme à cette époque était encore bien réduit. Elles étaient soit de la haute société et restaient à la maison pour s’occuper des enfants et des mondanités, soit de basse extraction et elles devaient travailler durement. A Herland, toutes les femmes participent aux tâches. Elles vivent dans une grande communauté où tout se partage, même les enfants qui ne restent pas uniquement avec leurs mères. L’éducation est leur art suprême et tout se fait dans le respect d’autrui. Un monde idyllique auquel se heurte de manière différente les trois hommes : l’un d’eux se fond totalement dans le modèle herlandien, l’autre reste un macho convaincu et le dernier, le narrateur, navigue un peu entre les deux. La rencontre entre les deux univers auraient pu être intéressante et susciter des quiproquos, des situations rocambolesques et cocasses. Mais ici point d’aventures, point d’humour, tout est tristement didactique. Les théories de Herland sont présentées par le biais de discussions et cela finit par être bien plat. A force de vouloir défendre ce monde sans homme, Charlotte Perkins Gilman en oublie totalement le romanesque et je me suis ennuyée à la lecture de ce texte.

Bien que prometteuse à priori, la lecture de « Herland » s’est révélée ennuyeuse et décevante. Voulant à tout prix défendre la cause des femmes, l’auteure en perd de vue le romanesque et le côté épique de son idée de départ.

america

5 réflexions sur “Herland de Charlotte Perkins Gilman

  1. Oh c’est bien dommage…..car cela semblait prometteur surtout un texte datant de cette epoque…tu oublies le pire, aucune independance…..seulement nos meres ont pu ouvrir leur propre compte en banque sans l’aval du mari….c’est du delire….et c’est juste un exemple pour montrer que notre autonomie ne date que d’hier….

    • Le propos du livre était vraiment intéressant d’autant que « La séquestrée » portait déjà sur la condition des femmes. Mais celui-ci manque vraiment de romanesque à mon goût !

  2. Pingback: Bilan livresque et cinéma de septembre | Plaisirs à cultiver

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.