Ida Brandt de Herman Bang

41em+yEETbL._SX195_

A 28 ans, Ida Brandt travaille comme infirmière dans un hôpital de Copenhague. Fille d’un régisseur du Jütland, Ida a grandi dans l’immense propriété de Ludvigsbakke entourée par le personnel du propriétaire des lieux. A la mort de son père, sa mère et elle doivent déménager. Finies la vie idyllique au grand air et les promenades en forêt, les deux femmes s’installent en ville. C’est après le décès de sa mère que Ida décide de devenir infirmière malgré un important héritage. Ses collègues de l’hôpital ne comprennent d’ailleurs pas pourquoi elle travaille et prend la place de quelqu’un d’autre. C’est dans cet établissement qu’elle retrouve Karl Von Eichbaum qu’elle avait côtoyé à Ludvigsbakke. Elle en tombe éperdument amoureuse.

Herman Bang (1857-1912) est un grand auteur danois  que nous redécouvrons en France grâce aux éditions Phébus. Ida est un personnage effacé, extrêmement discret qui n’ose pas s’imposer. Elle se retrouve entre deux mondes sans être jamais à sa place. Elle est trop riche pour être acceptée par ses collègues infirmières mais pas assez pour faire partie de la bourgeoisie à laquelle appartient Karl. Elle semble sans cesse mise à l’écart. La couverture du livre est particulièrement bien choisie, Ida m’a évoquée les peintures de  Vilhem Hammershoï qui montre des personnages seuls, isolés dans leur monde. L’histoire de Ida Brandt m’a également fait penser à Tchékov. Un long flash-back nous ramène au temps de la vie à Ludvigsbakke. La vie y était douce et Ida nourrit une véritable nostalgie pour cette époque. La beauté du lieu, l’innocence de l’enfance étaient alors protégées. Elles seront corrompus par l’entrée dans l’âge adulte. Ida souffrira également d’un amour malheureux comme nombre des héroïnes du dramaturge russe. En effet, Karl est un jeune homme désinvolte, inconséquent. Ida, altruiste et généreuse, paiera ses dettes, l’entretiendra pendant un certain temps. Elle ne vit que pour le contentement des autres et Karl lui explique qu’elle n’exige pas assez de la vie. Mais jamais, elle ne se plaindra, elle intériorisera sa douleur face au rejet de la classe sociale à laquelle appartient Karl. Herman Bang aurait pu écrire une roman psychologique mais c’est aux détails du quotidien, aux gestes qui les accompagnent qu’il apporte toute son attention. Ils trahissent les émotions, les sentiments de chaque personnage. Sa plume est délicate, parfois elliptique.

« Ida Brandt » fut une jolie découverte, Herman Bang dresse le portrait d’une femme sensible, trop altruiste qui se laisse dominer par les autres. Je lirai sans aucun doute « Mikaël », autre roman de l’auteur paru également chez Phébus, et qui se déroule dans le Paris artistique du XIXème siècle.

tous les livres sur Babelio.com

 

2 réflexions sur “Ida Brandt de Herman Bang

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.