L’arche dans la tempête d’Elizabeth Goudge

arche

Guernesey, 1888, une tempête frappe l’île et les cloches de détresse signalent un bateau en perdition. Tous les habitants se précipitent pour sauver les marins et les voyageurs. L’un des rescapés, Ranulph Mabier, va être recueilli par la famille du Frocq. La mère, Rachel, a en effet rêvé qu’un étranger, échevelé et ayant une cicatrice sur le visage, viendrait sauver sa famille. Ranulph correspond parfaitement à cette vision. Il va découvrir une famille attachante mais en danger financièrement. Le mari de Rachel, André, a tenu à devenir fermier, allant ainsi à l’encontre des désirs de son père, un médecin autoritaire. Mais André est un rêveur, un poète et il a du mal à faire vivre sa famille composée de quatre filles et d’un garçon. L’arrivée de Ranulph va peu à peu changer l’atmosphère à la ferme de Bon Repos. L’espoir qu’il fait naître pourra-t-il durer ?

« L’arche dans la tempête » est le premier roman d’Elizabeth Goudge et cela se sent. L’intrigue est plus charmante que palpitante. Ranulph Mabier semble entouré de mystère mais celui-ci se devine très rapidement (pour le lecteur en tout cas car nos personnages semblent totalement aveugles). La majeure partie de l’intrigue consiste en scènes de la vie quotidienne au sein de la famille du Frocq, les dissensions entre frère et sœurs, leurs vocations, la dureté du climat, les différentes fêtes, etc… Si ces scènes peuvent s’avérer plaisantes, elles deviennent surtout ennuyeuses sur la longueur. Le propos est également alourdi par de bons sentiments, une morale vertueuse régulièrement assénée aux enfants.

Les personnages sont néanmoins attachants, notamment les enfants qui offrent un joli panel de caractères entre l’intellectuelle Michelle, la bienveillante Péronelle, la capricieuse Jacqueline ou l’aventurier Colin. Ce qui est vraiment réussi dans le roman, ce sont les descriptions de la nature sauvage de l’île de Guernesey, le déchainement des éléments lors des tempêtes. « L’eau était agitée comme dans un grand chaudron posé sur les braises de l’enfer, et les mouettes, ballottées par les rafales, poussaient des cris lugubres. Au-delà de la baie, de grandes vagues accouraient avec l’impétuosité d’une charge de cavalerie, s’arrondissaient à hauteur d’homme, puis se brisaient avec un bruit sinistre sur les rochers déchiquetés dont les pointes détruisaient leur immense volute en produisant une écume bouillonnante qu’elles relançaient avec fracas sur les galets. Les récifs voisins de la baie aux Mouettes, qu’on appelait les Barbées, étaient presque invisibles au travers des tours et des flèches de cette écume sifflante. » 

« L’arche dans la tempête » est un premier roman dont l’intrigue est maladroite et souvent ennuyeuse. Les belles descriptions de la nature environnante n’arrivent pas à le sauver. 

Traduction Madeleine T. Guéritte

2 réflexions sur “L’arche dans la tempête d’Elizabeth Goudge

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.