Sans foi ni loi de Marion Brunet

9782266294195-475x500-1

Garrett Black, 16 ans, voit débarquer chez lui une hors-la-loi blessée qui lui réclame de l’eau. Il obéit sans réfléchir, tétaniser par la peur de l’arme qu’elle pointe sur lui. Elle est malheureusement suivie par le marshall et ses acolytes. Garrett apprend alors le nom de la jeune femme : Abigail Stenson. Cette dernière n’a qu’un seul moyen de s’évader : kidnapper Garrett. L’adolescent tombe rapidement en admiration devant cette femme indépendante et indomptable : « Cette femme a tué deux hommes, n’a pas hésité à tirer sur Jim ; elle vient de m’éclater le nez et pourtant je la bouffe des yeux avec une fascination que je ne comprends pas moi-même. Je l’observe, toujours allongé dans l’herbe, le visage douloureux. Elle n’est pas vieille du tout mais trimbale une assurance que je n’ai jamais connue. » Voyager auprès de Ab Stenson va changer totalement la vie de Garrett.

Marion Brunet nous plonge dans un western classique avec hors-la-loi, saloon, courses poursuites à cheval, chasseur de primes, etc… Dans cet univers traditionnellement très masculin, Marion Brunet met au cœur de son roman une sorte de Calamity Jane. Ab Stenson est habillée comme un homme et elle se comporte comme l’un d’eux. Elle n’a pas d’autres choix pour vivre sa vie comme elle l’entend et restée indépendante. Orpheline, ballottée de famille en famille, Ab a du faire sa place par la force et les armes. Elle est libre mais elle connait aussi le lourd prix à payer pour le rester.

« Sans foi ni loi » est également un roman d’apprentissage, d’émancipation pour Garrett. Fils d’un pasteur brutal, il n’a aucune idée des possibilités que peut lui offrir la vie. Le voyage aux côtés de Ab va lui ouvrir l’esprit, lui montrer qu’une autre vie est possible et qu’il peut se rebeller. Il apprend surtout ce que signifie être libre.

Marion Brunet nous offre un western bien mené, très plaisant à lire, très classique dans la forme et le fond avec deux héros hautement sympathiques et attachants.

Merci Babelio pour cette lecture.

america

Le fantôme de Thomas Kempe de Penelope Lively

product_9782070633869_244x0

La famille Harrison vient d’emménager dans une nouvelle maison, dans la grande rue de Ledsham, la villa East End. « James apercevait la fenêtre de sa mansarde, qui donnait sur l’église. La maison était petite, carrée et confortable ; venir y habiter, cela avait été comme enfiler un vieux manteau. Elle avait un toit d’ardoises qui s’affaissait, une saillie à un bout, occupée autrefois par un four à pain, de grosses poutres, des escaliers qui grinçaient et des sols de pierre lézardés de fissures intéressantes, d’où surgissaient des cafards majestueux. » Le jeune James va rapidement comprendre qu’il n’y a pas que des cafards qui vivent dans sa chambre sous les toits. Tout commence par une pancarte portant le mention « Sorcellerie – Astrologie – Géomancie – Algémie ». Puis ce sont des portes qui claquent, des objets qui bougent tout seul. James finit par en déduire que la villa East End est hantée. Bientôt ce fantôme signera ses messages : Thomas Kempe. Et il va mettre un sacré bazar dans la famille Harrison. James va chercher un moyen de s’en débarrasser.

« Le fantôme de Thomas Kempe » de Penelope Lively est un classique jeunesse en Angleterre. Il allie histoire de fantômes et roman d’apprentissage. L’histoire de Thomas Kempe est très bien menée, elle monte en puissance au fur et à mesure de la lecture. Le fantôme finit en effet par totalement gâché la vie de James. Ce dernier est un enfant farceur ayant tendance à accumuler les bêtises. Les méfaits de Thomas Kempe vont malheureusement lui être imputés. James sait que ses parents sont très cartésiens et qu’ils n’accepteront jamais l’existence d’un fantôme. Le pauvre se trouve donc puni à tort et il supporte difficilement l’injustice. Et il ne peut parler de son problème car personne, y compris son meilleur ami Simon, n’arrive à croire à l’existence de Thomas Kempe. James doit se débrouiller seul. Il découvre dans les débris de sa maison, un journal datant du siècle dernier. Celui-ci appartenait à une femme vivant dans la villa East End et attendant l’arrivée de son neveu, Arnold. La tante et son neveu ont également reçu la visite de Thomas Kempe et à la lecture du journal, James se sent moins seul. Il développe même une amitié imaginaire avec Arnold. Il apprend alors à profiter de la nature, du plaisir de la pêche comme Arnold l’avait fait précédemment. Les descriptions de la nature de l’Oxfordshire sont d’ailleurs très belles et apportent beaucoup de douceur à l’histoire. Le personnage de James est très attachant et l’on suit ses aventures avec plaisir.

« Le fantôme de Thomas Kempe » est une charmante histoire de fantôme dont le personnage principal est très attachant.

60728797_2095469664079198_5876139590259048448_n

Bonne nuit, Monsieur Tom! de Michelle Magorian

51d+Szyo-wL._SX346_BO1,204,203,200_

Au début de la deuxième Guerre Mondiale, les enfants de Londres et de sa banlieue sont envoyés à la campagne pour les protéger. William Beech se retrouve ainsi à Little Weirwold. Il est emmené dans la maison de Tom Oakley, à côté du cimetière du village. Tom vit seul avec son chien et il accueille le jeune garçon en grognant. Le vieil homme s’est refermé sur lui-même après la mort de sa femme Rachel. Mais Tom ne va pas rester bourru bien longtemps devant William. Il va rapidement comprendre que l’enfant, réservé et craintif, a été maltraité par sa mère. Tom va alors tout faire pour mettre à l’aise William et lui permettre de se sentir mieux.

« Bonne nuit, Monsieur Tom ! » est un roman extrêmement touchant. Les deux personnages principaux sont émouvants et on s’attache à eux immédiatement. Chacun a souffert, chacun s’est éloigné du monde extérieur. Tom et William vont s’apprivoiser, se rapprocher. Tous les deux vont s’ouvrir, s’épanouir au contact de l’autre. Michelle Magorian les entoure bien avec toute une galerie de personnages également attachants à commencer par Zach, lui aussi un enfant londonien réfugié à la campagne, qui deviendra le meilleur ami de William.

Mais Michelle Magorian ne nous raconte pas une jolie histoire sucrée. Elle n’oublie pas que son intrigue se déroule pendant la guerre. Son roman est émaillé de drames terribles. William va traverser des épreuves physiques et morales horribles pour un si jeune garçon. L’une des scènes m’a véritablement fait froid dans le dos. « Bonne nuit, Monsieur Tom ! » est un roman dur qui ne cache pas les horreurs de la guerre et qui montre la résilience de William.

« Bonne nuit, Monsieur Tom ! » est le terrible roman d’apprentissage d’un jeune garçon en temps de guerre. Un très joli roman jeunesse aux personnages extrêmement attachants.

60487718_2634758273417215_7035887215238447104_n

Les riches heures de Jacominus Gainsborough de Rébecca Dautremer

51ch3S4cLNL._SX258_BO1,204,203,200_

C’est l’histoire d’un petit lapin, Jacominus Gainsborough, que Rébecca Dautremer nous montre de sa naissance à sa mort. En douze tableaux qui traversent les saisons et les époques, nous découvrons une vie avec tout ce qu’elle comporte de joie et de peine, de petits riens et de grand tout. Jacominus est introverti, blessé enfant, il est resté boiteux. Il fera son chemin dans la vie, discrètement, doucement, entouré de sa famille et de ses amis Policarpe, César, Agathon, Byron, etc… Et il en créera une à son tour avec Douce.

91iPFu+s7SL

Cette bande-dessinée pour enfants est une splendeur qui régalera également les plus grands. Esthétiquement, c’est un régal aux riches couleurs vives. Chaque planche regorge de détails ; on s’y plonge totalement, on y cherche Jacominus et son gilet vert. Les adultes y retrouveront des références picturales notamment à la peinture, on pense à Brueghel l’Ancien ou à Eugène Boudin pour certaines pages. Mais Rébecca Dautremer ne s’est pas contenté de réaliser de magnifiques dessins, elle a également écrit un très beau texte emprunt de poésie et de mélancolie. L’histoire de Jacominus est faite des palpitations de son cœur, nous sommes au plus près de ses émotions. Et même si sa vie a été bien remplie, les dernières pages nous serrent le cœur tant nous nous sommes attachés à ce petit lapin blanc.

Jacominus_p18-19

« Les riches heures de Jacominus Gainsborough » est un bijou de bande-dessinée qui s’adresse aussi bien aux petits qu’aux grands et qui montre qu’une vie ordinaire a son importance.

show_Jacominus-Cabochon-007

 

 

Sombres citrouilles de Malika Ferdjoukh

9782211223270

Aujourd’hui 31 octobre, c’est l’anniversaire de Papigrand. Comme chaque année, la famille Coudrier se réunit pour fêter l’événement dans la propriété familiale de la Collinière. Hermès attend avec impatience l’arrivée de sa cousine Madeleine dont il est amoureux. En attendant son arrivée, Hermès et ses cousins Colin-Six ans, Annette et Violette sont chargés d’aller chercher des potirons au potager pour les voisins américains de Mamigrand et Papigrand. C’est là qu’ils font une découverte macabre. Un homme gît sur la terre du potager. Après vérification, l’individu est mort, il y a du sang sur lui. C’est alors que sonne la cloche du déjeuner et que Hermès prend une décision surprenante : celle de cacher le corps du défunt. « Oui, sans cette foutue cloche, j’en suis certain, sans elle, les choses auraient été moins tortues, j’aurais moins réfléchi, je n’aurais jamais soufflé aux petits : -Allez ! on le planque…Faut pas qu’on le trouve. »

Il est toujours plaisant de lire des livres en adéquation avec la période de l’année mais si j’y parviens rarement. « Sombres citrouilles » de Malika Ferdjoukh tombait donc à point nommé en cette semaine d’Halloween. Le récit se fait exclusivement par le biais des enfants. Chaque enfant se succède pour raconter son histoire et ce qu’il voit. Chacun a des préoccupations de son âge : les adolescents Hermès et Madeleine sont amoureux mais cette dernière ne l’est pas de son cousin, Violette prend soin de sa jumelle Annette qui a un léger handicap, Colin-Six ans tente d’apprivoiser et de soigner un renard blessé par les chasseurs du village. Malgré ces préoccupations de leurs âges, les enfants ne ratent rien de ce qui se passe autour d’eux. Ils observent avec acuité les adultes, c’est ainsi qu’ils voient la professeure de musique des jumelles se rhabiller dans le jardin ou un inconnu venu faire chanter Papigrand. Des choses étranges qui viennent compléter un environnement déroutant pour les enfants : l’oncle Dimitri qui s’est étrangement noyé, tante Edith qui vit recluse dans une petite maison au fond du jardin, l’accident de voiture qui a cloué Papigrand dans un fauteuil-roulant. Halloween sera l’occasion de faire tomber les masques, de révéler aux enfants les failles et les faiblesses des adultes qui les entourent.

Le ton du début du roman est à l’image d’une des références qui l’ont inspiré, « Mais qui a tué Harry ? » d’Alfred Hitchcock : le ton est léger, la découverte du corps est plus ennuyeuse qu’effrayante pour les enfants. Mais plus on avance dans la lecture et plus la réalité se révèle sombre et inquiétante. C’est d’ailleurs l’un des intérêts du roman de nous faire passer de la légèreté à la gravité. Les personnages des enfants sont également bien construits, ils sont tous très attachants. Enfin, Malika Ferdjoukh glisse de nombreuses références qui pourront combler son public adulte : Jacques Becker, Fred Astaire, Michael Powell, Sacha Guitry, Ed McBain.

Encore une fois, j’ai eu grand plaisir à retrouver la plume de Malika Ferdjoukh qui a l’art de s’adresser aussi bien aux enfants qu’aux adultes et de nous faire frémir avec ses « Sombres citrouilles ».

Le livre de perle de Timothée de Fombelle

product_9782070585540_244x0

Perdu dans les bois, le narrateur, âgé de 14 ans, est recueilli dans une étrange demeure après être tombé à l’eau. Trois chiens, un empilement de valises, quelques meubles, une photo dans un cadre représentant la confiserie Perle à Paris en 1941, forment l’univers de l’homme qui a sauvé le narrateur de la noyade. L’homme est mystérieux et ne donne pas son nom. Le jeune garçon, en fouillant un peu, découvre un cahier portant le nom de Joshua Perle. Cette étrange rencontre au fond de la forêt, reste gravée dans l’esprit du narrateur. Des questions sans réponse tournent dans sa tête. Une fois devenu adulte, il sera peut-être en mesure de les résoudre.

« Qui pouvait deviner qu’elle avait été une fée ? » C’est ainsi que s’ouvre « Le livre de perle », formidable conte qui nous ensorcelle dès la première page. Timothée de Fombelle entrelace trois fils narratifs : celui du narrateur dont la vie sera bouleversée par sa rencontre avec Joshua Perle, l’histoire de ce dernier qui arrive un jour d’orage 1936 sur notre terre, l’histoire d’amour du prince Ilian et de Olia la fée. Le narrateur, futur écrivain, aura pour rôle de transmettre au monde les récits de Joshua, Ilian et Olia. Comme le narrateur, le lecteur est invité à croire aux fééries, au merveilleux des contes. Tous les ingrédients de ceux-ci sont réunis : un roi cruel, un mauvais génie, une fée trop humaine, la mort d’une douce reine. A la fin du roman est placée judicieusement une citation de J.M Barrie : « Chaque fois que quelqu’un dit « Je ne crois pas aux contes de fées », il y a une petite fée qui tombe raide morte. »  Plonger dans « Le livre de perle », c’est retrouver son âme d’enfant, s’émerveiller devant l’histoire que l’on nous raconte. Et celle-ci, qui est à la fois une histoire d’amour et celle de l’écriture d’un livre, est portée par une galerie de personnages plus attachants les uns que les autres. Et les personnages secondaires sont aussi époustouflants que les héros : les parents Perle, le brigadier El Fassi, le serviteur du palais Fara.

La force du roman, c’est également la manière subtile avec laquelle Timothée de Fombelle mélange le conte et le réalisme. Joshua Perle est accueilli par un couple de confiseurs juifs. Il devra s’engager dans l’armée, il sera fait prisonnier en Allemagne. Ses parents adoptifs seront arrêtés et ne reviendront jamais. Joshua, après s’être évadé et avoir découvert la disparition de ses parents, deviendra résistant. Le mélange des genres, des époques, des lieux se fait avec une fluidité incroyable. Il faut saluer le talent de Timothée de Fombelle qui nous entraîne dans des univers qui semblent difficilement conciliables, ce qui montre également la confiance qu’il place dans l’intelligence de ses lecteurs. La construction complexe du livre nous tient en haleine et donne du souffle aux destinées qui se croisent sous la plume de Timothée de Fombelle.

Comme « Vango« , « Le livre de perle » est un magnifique hommage à la puissance de l’imaginaire, à la force de l’écriture romanesque. Par sa maîtrise de la construction, son talent de conteur, sa fantaisie, Timothéé de Fombelle porte la littérature jeunesse à son sommet. A lire et relire sans modération.

 

Enregistrer

A murder most unladylike de Robin Stevens

MMU-PAPERB-Bsm

Daisy et Hazel sont meilleures amies et elles ont fondé un club de détectives privés. Après avoir résolu quelques affaires mineures, elles espèrent pouvoir exercer leurs talents sur un mystère plus consistant que la cravate manquante de leur camarade Lavinia. Mais au pensionnat de Deepdean, il ne se passe pas grand chose de palpitant. Et pourtant, c’est un crime majeur que les deux jeunes filles s’apprêtent à découvrir. Un soir, Hazel doit retourner au gymnase et elle y découvre le corps sans vie de Mrs Bell, l’enseignante de sciences. Hazel part chercher du secours mais lorsqu’elle revient, le corps de Mrs Bell a disparu. Hazel est-t-elle victime d’hallucinations ou le meurtrier est-il revenu pour faire disparaître le corps ? C’est ce que le club de détectives de Deepdean va tenter de découvrir.

Voilà déjà quelques temps que j’ai repéré cette série à la librairie Shakespeare & Co et je n’en ai entendu que du bien depuis. Il était donc temps que je lise le premier volet et j’ai été totalement séduite par le travail de Robin Stevens. Cette série pour la jeunesse joue parfaitement avec la tradition anglaise des romans policiers. Hazel et Daisy adoptent Sherlock Holmes et le docteur Watson comme modèles. Hazel est celle qui écrit le récit des aventures du club de détectives à la manière de Watson. La résolution du crime se fera à la manière d’Hercule Poirot avec l’ensemble des protagonistes réunis dans une même pièce. Miss Marple sera également citée ! Bien entendu, « A murder most unladylike » ne se contente pas d’être un hommage à Conan Doyle ou Agatha Christie. Robin Stevens a construit une intrigue haletante, pleine de fausses pistes, de retournements et la résolution du crime est surprenante.

L’ambiance et les personnages participent également à la réussite du roman. Nous sommes en 1934 dans un pensionnat anglais. Daisy est une fille d’aristocrate et elle est extrêmement populaire à Deepdean. Hazel vient de Hong Kong, elle est studieuse et discrète. Elle va devoir apprendre les us et coutumes de l’Angleterre et son regard décalé apporte beaucoup de charme et de fraîcheur au récit. Le duo fonctionne parfaitement entre la très sûre d’elle (et parfois agaçante) Daisy et la très réfléchie et raisonnable Hazel. Au fil des pages, elles deviennent très attachantes.

« A murder most unladylike » est un plaisir de lecture qui nous plonge dans une ambiance très anglaise et qui rend hommage à la tradition du roman policier. Les deux premiers tomes ont été traduits en français.

A year in England