Toutes les vagues de l’océan de Victor del Arbol

ob_3e847e_toutes-les-vagues

Deux hommes et un enfant sont en voiture vers un lac artificiel proche de Barcelone. Le corps de l’enfant sera retrouvé noyé à cet endroit. La mère du garçon, Laure Gil, policière, soupçonne un dénommé Zinoviev, un mafieux russe. Ce dernier sera également retrouvé mort quelques temps plus tard. Il a été dépecé vivant. Il était attaché avec les menottes de Laura et, sur son torse, était épinglée la photo du fils de Laura. La culpabilité de la policière semble ne faire aucun doute. Probablement pour éviter la prison, Laura Gil se suicide. La nouvelle de sa mort va replonger son frère, Gonzalo, dans le passé de la famille Gil et surtout celui de son père Elias. Gonzalo est persuadée que sa mère n’a pas tué Zinoviev. Il se met donc dans les pas de sa sœur pour poursuivre sa dernière enquête sur la mafia russe.

« Toutes les vagues de l’océan » est un roman foisonnant qui nous fait traverser les périodes les plus sombres du XXème siècle : purges staliniennes, guerre civile espagnole, seconde guerre mondiale. Elias Gil a vécu tous ces événements, lui l’idéaliste de gauche dont la destinée a été brisée à Nazino, camps sibérien où sont enfermés les « opposants » à Staline. A Nazino, l’amour et la haine vont se présenter à Elias. Il croise le chemin d’Irina et d’Anna et surtout celui d’Igor Stern. Cet homme assoiffé de pouvoir, devient l’ennemi juré d’Elias, celui contre qui il se battra jusqu’à son dernier souffle au risque de se perdre. Victor del Arbol évoque ainsi dans son roman la perte des illusions, les compromissions et la soif de vengeance qui ronge Elias. Mais il est également question de filiation puisqu’à travers son enquête, Gonzalo découvre le véritable visage de son père et les décisions qu’il a prises et qui ont changé la destinée de sa famille.

Dans « Toutes les vagues de l’océan », Victor del Arbol entrelace le passé et le présent, passe d’un lieu à un autre avec une grande fluidité. Le lecteur n’est jamais perdu durant les 680 pages. Le livre est dense, les personnages sont nombreux mais ils ont tous leur utilité dans l’intrigue. L’auteur ménage de nombreux rebondissements sans que cela semble artificiel. La construction du roman est admirablement maîtrisée et tenue de bout en bout.

« Toutes les vagues de l’océan » m’a permis de découvrir enfin le talentueux Victor del Arbol. Roman aux multiples facettes questionnant l’engagement politique, la filiation et la soif de pouvoir, il vous tiendra en haleine de la première à la dernière page.

prix-sncf-du-polar-2018

 

 

11 réflexions sur “Toutes les vagues de l’océan de Victor del Arbol

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.