Une famille presque normale de M.T. Edvardsson

CVT_Une-famille-presque-normale_8823

« Nous étions une famille tout à fait normale. Nous avions des professions intéressantes, bien rémunérées, une vie sociale riche et des loisirs actifs où le sport et la culture avaient leur place.  » Adam Sendell est pasteur dans la petite ville de Lund en Suède. Sa femme, Ulrika, est une brillante avocate. Ils ont eu ensemble une fille, Stella qui, a 19 ans, prépare un long périple en Asie. Une vie simple, sans histoire qui va se briser en un clin d’œil. Un samedi soir, Stella met du temps à rentrer chez elle. Ses parents s’inquiètent jusqu’à ce que le téléphone sonne. C’est la police. Stella a été arrêtée pour le meurtre d’un homme, Christopher Olsen.

Le roman de M.T. Edvardsson se divise en trois parties : le père, la fille et la mère. A l’intérieur de chaque partie, le narrateur s’exprime sur les faits qui tournent autour de l’incarcération de Stella mais aussi sur la vie de la famille avant ces événements tragiques. Les trois récits montrent tout d’abord que la famille n’est pas aussi normale qu’elle pourrait le laisser paraître à première vue. Le père veut tout contrôler notamment en ce qui concerne la vie de sa fille. Cette dernière maîtrise difficilement ses pulsions et est extrêmement colérique. La mère, quant à elle, passe plus de temps à s’occuper de sa carrière que de sa famille. Chacun détruit par son témoignage l’image de cette famille bien propre sur elle dont le père veut à tout prix sauver la réputation. Les dissensions, les drames nous sont habilement dévoiler au compte-gouttes.

Ce que nous donne également à voir les trois parties, ce sont les manières différentes de réagir face à l’arrestation de Stella. Les événements sont vus sous des angles différents qui nous apportent soit des informations supplémentaires, soit des fausses pistes. Durant tout le roman, M.T. Edvardsson réussit à maintenir le doute quant à l’assassinat de Christopher Olsen. On pense avoir tout compris puis le narrateur suivant renverse nos certitudes. Le questionnement durera d’ailleurs jusqu’à la dernière phrase de l’épilogue. Le roman nous montre ce que l’on est capable de faire par amour, à quel point nous sommes prêts à repousser les limites de la morale pour sauver nos proches.

« Une famille presque normale » est un thriller qui fonctionne parfaitement, où le doute habite le lecteur jusqu’à la dernière phrase du livre. L’habile construction met en place les pièces du puzzle lentement et nous garde en haleine sur 528 pages.

9 réflexions sur “Une famille presque normale de M.T. Edvardsson

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.