Bilan livresque et séries de janvier

janvier

Ce premier mois de l’année aura été très satisfaisant en terme de lectures. Pour le moment, je ne vous ai parlé que de « Sublime royaume » qui m’a permis de découvrir la talentueuse Yaa Gyasi et de « Là où chantent les écrevisses » qui fut une déception. Je vous reparle très vite du très original deuxième roman d’Alexandra Koszelyk, du premier recueil de nouvelles d’un jeune auteur américain : Nana Kwame Adjei-Brenyah, du formidable premier tome de la trilogie de Timothée de Fombelle consacrée à la jeune Alma et des trois jours que j’ai passé en compagnie du bougon Paul Cézanne. J’ai également découvert deux formidables BD dont je ne manquerai pas de vous parler : « Béatrice » de Joris Mertens, une merveille sans parole, « Peau d’homme », conte féministe se déroulant à la Renaissance.

Côté séries et films :

the-dig-netflix-movie-poster

1939, Edith Pretty, propriétaire d’une demeure à Sutton Hoo dans le Suffolk, engage Basil Brown, un archéologue amateur, pour explorer d’étranges monticules présents sur ses terres. Edith s’intéresse aux fouilles archéologiques depuis l’enfance et a un pressentiment sur ce que peuvent cacher les monticules. Son intuition se révèlera exacte puisque Sutton Hoo est le lieu d’une des plus grandes découvertes archéologiques en Angleterre.

Le film de Simon Stone s’inspire d’un livre de John Preston s’inspirant lui-même de faits réels. Edith Pretty est très attachée aux traces du passé, comme Basil. Leur passion commune n’a que plus de sens dans une époque qui va bientôt basculer dans le chaos de la deuxième guerre mondiale. L’ancrage dans le passé rend probablement le présent moins vacillant. La mise en scène de Simon Stone est élégante, les cadrages sont très travaillés. La photographie est splendide et met en valeur la lumière, les paysages du Suffolk. Les magnifiques cieux semblent intemporels jusqu’à ce qu’ils soient traversés par les avions de la RAF. Certaines scènes sont particulièrement marquantes comme celles où Basil est enseveli sous la terre d’un des monticules.

Le film est servi par des acteurs d’une grande justesse : Carey Mullingan et Ralph Fiennes. Tous deux sont remarquables. Entre force et faiblesse, leurs deux personnages tentent de défendre leur extraordinaire découverte. Leur amitié sans faille se construit devant nos yeux et nous les rend infiniment attachants. Les deux acteurs sont, comme à leur habitude, brillants.

« The dig » est une très belle découverte, un film d’une grande douceur sur une découverte archéologique majeure et qui met en scène deux personnages fragiles, émouvants et passionnés par leurs fouilles. La subtile interprétation de Carey Mulligan et de Ralph Fiennes est l’un des atouts majeurs du film.

The-Good-Lord-Bird-Showtime-poster-913-scaled

Quand le jeune Henry Shackleford croise la route de l’abolitionniste blanc John Brown, sa vie en est irrémédiablement bouleversée. Son père va mourir lors de cette rencontre. John Brown décide alors de prendre sous son aile ce jeune esclave qu’il prend pour une fille. Henry va donc partager la vie de l’armée de John Brown affublé d’une robe et d’un surnom ridicule :  « Onion ». John Brown mène le combat de l’abolition de l’esclavage avant la guerre de Sécession et il est bien souvent seul contre tous.

Je n’ai pas lu le roman de James McBride dont est tiré la série mais je le regrette après l’avoir vue. Ethan Hawke et le scénariste Mark Richard ont réussi là une formidable adaptation, une série enthousiasmante de sept épisodes. Ce qui frappe d’emblée, c’est la démesure, l’exaltation de John Brown. Il vitupère, semble habité d’une folie furieuse et dévorante. La série le montrera aussi emprunt d’une grande humanité qu’il met au service de son juste combat qu’il mènera jusqu’au bout. Ethan Hawke incarne avec brio ce personnage tout de bruit et de fureur. Sa prestation est éblouissante. Face à lui, Onion est interprété par le formidable Joshua Caleb Johnson toujours juste. L’incroyable et picaresque odyssée de l’armée de John Brown est extrêmement réjouissante et pleine d’ironie face à l’histoire des États-Unis.

68709_poster_scale_480x640

Didier Mathure est un brillant ingénieur dans l’aérospatiale. Son avenir semble plus que compromis lorsque sa fusée explose quelques secondes après son décollage. Il est alors muté au GEPAN, bureau spécialisé dans les manifestations d’Ovnis en France. Il y découvre une équipe composée de trois personnes, toutes plus lunaires les unes que les autres. Didier, scientifique cartésien, tente alors de leur prouver que tout peut s’expliquer, jusqu’à ce que le doute commence à s’immiscer dans son esprit.

Il est rare que la fiction française s’empare d’un tel sujet et on peut saluer l’originalité de la série. Nous sommes plongés dans une atmosphère rétro et qui se révèle de plus en plus poétique au fil des épisodes. Ceux-ci sont courts et il faut laisser un peu de temps à la série pour s’installer. Les personnages sont tous extrêmement attachants, enfantins et doux rêveurs. On aimerait que les Ovnis existent uniquement pour voir briller les yeux de Véra, la standardiste du GEPAN. En tête du formidable casting, on trouve un Melvil Poupaud, toujours parfait,  prêt à faire vaciller ses certitudes, s’enfonçant de plus en plus dans le brouillard pour mieux se redécouvrir.

De l’humour, de la nostalgie, de la tendresse, voici ce qui composent le ton d’Ovni(s), série atypique et hautement sympathique.

 

5 réflexions sur “Bilan livresque et séries de janvier

  1. L’année commence bien ! (Pour moi aussi c’était une belle moisson). Peau d’homme me tente beaucoup et d’autres titres m’intriguent, j’attends tes retours. Nous avons prévu de suivre la série The good lord bird, c’est tout à fait notre style.
    J’espère que février sera aussi enthousiasmant !

  2. Ah beau bilan! Les films que tu as visionnés donnent très envie. J’ai repéré hier le film Dig sur Netflix. Je compte le voir ce weekend. Moi de mon côté j’ai fait une séance ciné rétro et j’ai posté un billet sur Cobra Kaï! 😉😊

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.