Quatre heures, vingt-deux minutes et dix-huit secondes de Lionel Shriver

Shriver

Un beau matin, Remington Alabaster, 64 ans, décide de courir un marathon. Sachant que ce dernier n’a jamais pratiqué de sport, sa femme Serenata est plus que sceptique face à cette annonce. Elle a elle-même pris soin de son corps de manière intensive tout au long de sa vie et s’interroge sur le besoin de son mari à envahir son terrain de jeux favori. La question se pose d’autant plus que Serenata est privée de course à pied en raison de son arthrose des genoux. Remington cherche-t-il à la narguer ou à la défier ? Sa nouvelle lubie va en tout cas générer de fortes tensions dans le couple mais Serenata espère que tout va s’arranger après le marathon.

« Quatre heures, vingt-deux minutes et dix-huit secondes » est une lecture extrêmement réjouissante. Quel plaisir de retrouver la plume sarcastique de Lionel Shriver ! Elle semble s’être beaucoup amusée à l’écrire et j’ai beaucoup ri, notamment en lisant les réparties pleines d’ironie de Serenata. Celle-ci est un personnage terriblement attachant. Totalement misanthrope, se méfiant des foules comme des modes, elle essuie les critiques et les reproches de la coach sportive de Remington, Bambi Buffer. Le sport comme dogme positif et quasiment obligatoire, voilà ce que la coach prône et ce que Serenata exècre. Lionel Shriver égratigne avec talent et humour ce culte du corps, de la performance nécessaire devenus à la mode. Mais la religion, les discours politiquement corrects passent également sous les fourches caudines de l’ironie. Tout ce qui endoctrine, tout ce qui asservit l’esprit critique est insupportable pour Serenata et sa créatrice. Elle traite également, et peut-être surtout, du thème de l’entrée dans la vieillesse et de la durée du couple au moment de la retraite. Remington a été mis à la retraite contraint et forcé (je vous laisse le plaisir de découvrir ce qu’il lui est arrivé). Serenata continue de travailler et il ne faut pas compter sur leurs deux enfants pour les aider à passer ce cap difficile physiquement et psychologiquement. A mère atypique, enfants singuliers et excessifs ! La galerie de personnages est également un régal et nous offre des passages hilarants.

Grinçante, acide, Lionel Shriver ne laisse rien passer et n’épargne personne dans son dernier roman. Son humour, sa lucidité sur les travers de nos sociétés m’ont absolument enchantée.

Traduction Catherine Gibert

picabo-300x300

4 réflexions sur “Quatre heures, vingt-deux minutes et dix-huit secondes de Lionel Shriver

  1. J’ai été déçue pour ma part, j’ai apprécié l’ironie au départ, mais elle est très appuyée et récurrente, et je me suis lassée de retrouver sans cesse les mêmes critiques dans la bouche de Sérénata.

    • Je traîne tellement sur cette lecture que ça sent l’abandon. Rien ne me fait rire, il y a trop d’amertume dans le propos, mais c’est bien sûr une affaire de sensibilité personnelle.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.