Bilan livresque et cinéma d’avril

Image-1(1)

Un mois d’avril qui est passé bien vite et qui est finalement un peu maigre du point de vue culturel : seulement cinq livres et cinq films à mon actif. Heureusement, aucune déception dans ce que j’ai lu et vu durant le mois. Jusqu’à maintenant, je ne vous ai parlé que du formidable et brillant roman de Dalmon Galgut « La promesse » que je vous conseille à nouveau chaudement. Autre très grand roman dont je vous parle très vite : « Une arche de lumière » où Dermot Bolger nous raconte l’incroyable destinée d’une femme libre. J’ai également poursuivi ma découverte de la saga Blackwater dont le deuxième tome m’a également beaucoup plu. « Pourquoi la vie » de Coline Pierré est une uchronie où la poétesse Sylvia Plath aurait raté son suicide, un livre lumineux dont j’ai trouvé le point de départ original. Enfin, j’ai achevé le mois d’avril avec le premier roman de Matthieu Zaccagna à la langue percutante et rythmée.

Et mes films préférés du mois sont :

1488429.jpg-c_310_420_x-f_jpg-q_x-xxyxx

Sur une île croate paradisiaque, Julija, 17 ans, vit sous la coupe d’un père tyrannique. Elle l’aide à pêcher chaque matin, doit le servir lorsqu’il le demande et ne sort jamais. Sa mère, totalement résignée, ne la soutient pas lorsqu’elle tente de résister. Un élément perturbateur va venir accélérer l’envie d’émancipation de la jeune fille. Ancien patron de son père et ancien prétendant de la mère, ce millionnaire va séjourner sur l’île quelque temps. Le père veut lui vendre un îlot pour renflouer ses caisses. L’invité va surtout faire souffler un vent de liberté sur l’univers de Julija.

« Murina » est le très beau et réussi premier film d’Antoneta Alamat Kusijanovic. Le récit d’émancipation de Julija prend des allures de conte. Le père est à la fois un ogre et Barbe-Bleue, sa fille est une princesse attendant que l’on vienne la délivrer. Julija a également des allures de sirène, elle passe son temps en maillot de bain, toujours prête à s’esquiver dans l’eau. Gracija Filipovic incarne cette naïade avec naturel et justesse, formidable d’obstination pour sortir des griffes de son père. Les paysages sont splendidement filmés mais sous la carte postale de mer truquoise et de soleil éblouissant, la tension monte à l’image de la colère du père qui voit sa fille lui échapper. Gorgé de lumière, « Murina » est un premier film extrêmement prometteur.

A Chiara

Chiara, 15 ans, vit à Gioia Taura, près de Reggio Calabria. Elle est une adolescente ordinaire qui aime sortir avec ses copines et passe beaucoup de temps sur les réseaux sociaux. Sa famille est très unie. Sa vie bascule lorsque son père est recherché par la police. A la stupeur de Chiara, il s’avère travailler pour la ‘Ndrangheta, la mafia calabraise. Chiara a du mal à y croire et elle veut comprendre les choix de son père.

Le film de Jonas Carpignano nous plonge dans les méandres de la mafia du sud de l’Italie, une pieuvre qui contrôle tout et qui est devenue le quotidien de chacun, tout en restant cachée. C’est ce système que découvre Chiara à force de fouiller, de questionner et d’espionner les uns et les autres. A force de creuser, Chiara devient elle-même violente. La prise de conscience du monde dans lequel elle évolue, va la forcer à faire un choix impossible, à interroger les liens du sang. Le réalisateur a choisi de tourner son film avec des acteurs non professionnels et avec les membres d’une même famille. « A Chiara » est un film réaliste, sombre et percutant dont l’actrice principale, Swamy Rotolo, est touchante et intense dans sa quête de vérité.

Et sinon:

  • « Hit the road » de Panah Panahi : Le réalisateur iranien, fils de Jafar Panahi, nous raconte le road movie d’une famille allant à la frontière turque. Le fils aîné va quitter le pays clandestinement. Le contexte politique n’est jamais évoqué mais il pèse sur cette famille qui tente de rendre le voyage léger pour le petit dernier. « Hit the road » est un film plein d’énergie, de drôlerie (le petit dernier est un sacré numéro !) mais aussi de tristesse et de mélancolie à l’idée de la séparation. Les paysages iraniens sont à couper le souffle.
  • « En corps » de Cédric Klapisch : Le dernier film de Cédric Klapisch suit la trajectoire d’une jeune danseuse étoile qui se blesse sur scène. Energique, plein de fraicheur, « En corps » célèbre la danse, l’élan vital qui permet de se relever. Au plus près du mouvement des corps, le réalisateur nous livre un très beau film, sensible qui doit beaucoup à son interprète principale Marion Barbeau.
  • « Retour à Reims » de Jean-Gabriel Périot : A l’origine de ce documentaire est le texte de Didier Eribon qui racontait la honte de sa classe sociale et son parcours pour en sortir. Le réalisateur élargit le propos et nous montre l’évolution de la classe ouvrière des années 50 à nos jours. Mélange d’individuel et de collectif, le film est extrêmement intéressant et pertinent.

2 réflexions sur “Bilan livresque et cinéma d’avril

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.