La femme du deuxième étage de Jurica Pavicic

03fa2a34e9158e817c47d0005097af42

« Le monde n’est qu’une suite rectiligne de dominos mettant à bas d’autres dominos, eux-mêmes abattant les suivants, sans autre alternative. Ils tombent les uns après les autres, dans un corridor à sens unique, sans fenêtre ni bifurcation possible. » Le premier domino à tomber dans la vie de Bruna est une soirée où son amie Suzana l’entraîne. Elle y fait la connaissance de Frane qui veut devenir marin. Rapidement les liens se tissent pour aboutir à un mariage. Le couple emménage alors au deuxième étage de la maison édifiée par les parents de Frane. Au premier étage vit Anka, sa mère. Frane part de longs mois en mer, laissant sa jeune épouse en tête-à-tête avec sa mère. Deux ans après l’emménagement du couple, Bruna purge une peine de prison pour l’assassinat de Anka.

Les faits nous sont connus dès les premières pages, Jurica Pavicic désamorce d’emblée le possible côté thriller de son roman. ce n’est pas le crime qui l’intéresse mais ce qui a mené Bruna à le commettre. « La femme du deuxième étage » est le récit d’une vie gâchée mais également de la banalité du crime. La narration alterne entre la vie de Bruna en prison et son quotidien avant et après le crime. La jeune femme se voulait libre, rêvait sa vie avec son mari. Mais rien de ce qu’elle espérait n’est arrivé. Bruna en vient à envier la vie de sa mère, mille fois plus légère et insouciante que la sienne.

Le ton du roman est froid, presque morose et profondément mélancolique. Il reflète le quotidien répétitif de Bruna qui ne cesse d’imaginer la vie qu’elle aurait pu avoir si elle n’était pas allée à cette soirée avec Suzana. L’histoire de Bruna se déroule avec en toile de fond une Croatie en pleine mutation, entre séquelles du communisme et tourisme de masse.

Dans un roman très sombre, Jurica Pavicic décortique l’engrenage qui peut mener une femme ordinaire au crime. J’ai beaucoup apprécié la construction du roman et son ton nostalgique. Il me reste maintenant à découvrir « L’eau rouge », le précédent roman de l’auteur, dont j’ai entendu beaucoup de bien.

Traduction Olivier Lannuzel

Une réflexion sur “La femme du deuxième étage de Jurica Pavicic

  1. Pingback: Bilan livresque et cinéma de novembre | Plaisirs à cultiver

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.