Mariages victoriens de Phyllis Rose

MARIAGES-VICTORIENS-PHYLLIS-ROSE

« Mariages victoriens » de Phyllis Rose est un essai qui a été publié en 1983. L’auteure, biographe, essayiste et critique littéraire, y dresse le portrait de cinq couples, ceux de personnes illustres comme John Ruskin, Charles Dickens, George Eliot ou Thomas Carlyle. Phyllis Rose prend pour son étude ce postulat de départ : « C’est donc dans ce sens que je propose quelques vies privées afin qu’elles soient examinées et discutées. Je vais tenter de les raconter de façon à soulever les questions concernant le rôle du pouvoir et la nature de l’égalité dans le mariage, car je postule un lien entre politique et la sexualité. » Il faut dire que les règles du jeu sont très claires et strictes à l’époque victoriennes.  Le modèle est clairement patriarcale, le pouvoir appartient aux hommes. Le divorce avant 1857 est une procédure très coûteuse et exceptionnelle. Après cette date et l’apparition de cours séculières dédiées aux divorces, la démarche n’en demeure pas moins scandaleuse. La femme et les enfants ensuite sont la propriété du mari. La question du pouvoir se pose également pour les relations sexuelles. Le mari pouvait en avoir avant le mariage mais pas la femme qui devait ensuite répondre à tous les besoins de son époux.

Phyllis Rose dissèque l’institution du mariage au travers de différents exemples de couples stables ou non, avec enfants ou non et avec une distribution du pouvoir différente. Le livre montre les différents moments qui peuvent exister dans l’histoire d’un couple : la cour longue et assidue avec Thomas Carlyle et Jane Welsh, le divorce avec Effie Gray et John Ruskin, le triangle amoureux à trois avec Mrs Taylor et John Stuart Mill, le démon de midi avec Charles et Catherine Dickens et enfin le couple hors mariage avec George Eliot et George Henry Lewes. « Il est sans doute évident que George Eliot et George Henry Lewes sont, dans un sens, l’héroïne et le héros de l’ouvrage. Dans leur cas, le dévouement, la stabilité et l’égalité se développèrent hors des liens du mariage légal. » Ici l’égalité entre les amants est sans aucun doute la clef de leur bonheur. Mais Phyllis Rose montre également que le couple est  un cheminement intellectuel, une affaire d’imagination.

Phyllis Rose s’est appuyée sur les correspondances, les journaux intimes de grandes personnalités victoriennes pour analyser l’institution du mariage dans une société patriarcale. L’étude est passionnante, fluide et finalement les constats, qui y sont faits, sur la couple, sont toujours d’actualité.

 97639915_10223260733934608_3051014870087499776_n

La leçon de ténèbres de Léonor de Récondo

81SBybOoXZL

« Une nuit au musée » est une collection des éditions Stock. Dans ce volume, Léonor de Récondo passe une nuit dans le musée El Greco de Tolède. Je dois avouer que je ne suis pas une grande admiratrice de la peinture du Greco. Je le suis bien d’avantage des livres de Léonor de Récondo, notamment de « Pietra viva » où elle parlait avec délicatesse et justesse du travail, des sentiments et des pensées de mon cher Michel-Ange. Sa plume m’a à nouveau embarquée et je suis partie avec elle à la recherche du Greco.

Léonor de Récondo alterne les chapitres où elle nous raconte son expérience dans le musée et les raisons qui l’ont menée là, avec la vie de Doménikos Theotokopoulos dit El Greco. L’auteure était déjà venue dans ce musée 15 ans auparavant avec ses parents. Depuis, son père est décédé et elle est revenue à Tolède avec l’un de ses carnets dans lequel il avait reproduit un tableau du Greco. Léonor de Récondo arrive au musée lors d’une journée caniculaire, elle attend de cette nuit une rencontre avec le peintre. Il s’agit quasiment d’un rendez-vous amoureux. Elle lui parle, l’appelle par son prénom, lui joue du violon pour l’attirer, lui qui aimait tant la musique. Elle a préparé sa visite en parcourant la ville à la recherche de ses œuvres. Elle s’imprègne de son travail avant de passer la nuit à l’attendre.

Il faut dire que le Greco a de quoi fasciner. Outre l’originalité de son œuvre qui mélange maniérisme et couleurs vénitiennes, son périple depuis la Crête, en passant par l’Italie, pour terminer à Tolède, est étonnant. C’est à force de volonté, de détermination (et de mauvais caractère) qu’il finit par s’imposer en Espagne. La famille de Léonor de Récondo a quitté l’Espagne pendant la guerre civile, son père était peintre. Ce sont autant ses racines, son histoire qu’elle cherche à retrouver durant cette nuit au musée.

Mélangeant son histoire personnelle à la vie du Gréco, Léonor de Récondo redonne vie au peintre et à son œuvre durant une chaude nuit à Tolède.

L’art d’échouer de Elizabeth Day

L-Art-d-echouer

Elizabeth Day est journaliste, écrivaine et elle est aussi la créatrice d’un podcast qui a rencontré un énorme succès : How to fail with Elizabeth Day. Deux ans après un divorce douloureux à 36 ans, elle a décidé de créer son podcast pour discuter avec des personnalités des échecs qu’elles ont pu connaitre. Le constat est évident : tout le monde a connu l’échec dans sa vie professionnelle ou personnelle et chacun a pu en tirer des leçons, a pu apprendre de ses échecs pour mieux rebondir ou se réinventer.

Son livre est inspiré de son podcast et elle y raconte ses propres échecs à l’école, au travail, avec sa famille, ses amis, son couple. Le récit de ses expériences douloureuses est émaillé des exemples tirés de son podcast et de l’expérience de Jessie Burton, Phoebe Waller-Bridge, David Nicholls, Tara Westover, Sebastian Faulks, Nicole Kidman, Robert Pattinson pour n’en citer que quelque uns.

Dans une société de la performance, des réseaux sociaux aux images parfaites, l’échec ne semble pas avoir sa place. La société nous envoie des injonctions permanentes à la perfection, surtout aux femmes. Elizabeth Day a longtemps tout fait pour l’atteindre, elle était dans une volonté de plaire aux autres et de leur faire plaisir (c’est ainsi qu’elle se retrouva à manger du blaireau dans une maison isolée ou à essayer un sauna vaginal à la manière de Gwyneth Paltrow pour des articles). De siècles de misogynie institutionnalisée ont mené les femmes à vouloir être toujours plus parfaites, plus performantes dans de nombreux domaines. Ce qui est impossible à réaliser et donne un sentiment d’échec.

« L’art d’échouer »  est un livre d’une parfaite honnêteté, Elizabeth Day n’hésite pas à montrer ses failles, sa vulnérabilité, ses complexes. Elle le fait avec beaucoup d’humour et le recul nécessaire pour montrer à quel point ses échecs lui ont été utiles pour se construire et trouver sa voix. Son témoignage est précieux tant il permet de se décomplexer et de réfléchir sur son propre parcours.

Drôle, intelligent, déculpabilisant, « L’art d’échouer » dévoile les déboires douloureux du parcours d’Elizabeth Day mais également la manière dont elle a su les exploiter pour se reconstruire et s’épanouir.

Le courage des autres de Hugo Boris

9782246820598-001-T

Il y a quinze ans, Hugo Boris obtient sa ceinture noire de karaté. Le lendemain, il est témoin d’une altercation dans le métro et, en état de sidération, il n’arrive pas à intervenir. Il réussit seulement à tirer le signal d’alarme. La situation le questionne et il se met à noter ce qu’il voit dans le métro, le RER pour composer un herbier de saynètes. « La communauté humaine qui se rassemble pour cette épopée quotidienne donne à voir le meilleur et le pire d’elle-même. Mais dans ce pire, il suffit du courage d’une seule personne pour la racheter. Il s’en trouve quelques uns dans cet herbier, des hommes ou des femmes, pour relever tous les autres. Qu’ils soient ici célébrés. »

« Le courage des autres » est constitué de scènes du quotidien dans les transports en commun. Elles révèlent le courage de certains face à des situations violentes, aux insultes, qui sont capables de s’interposer physiquement ou verbalement. Certains  osent prendre la parole et d’autres pas. Hugo Boris fait partie de cette deuxième catégorie et il en faut également du courage pour l’écrire, pour révéler ses faiblesses aux autres. Son honnêteté lui fait honneur : « Je n’ai pas envie d’emprunter ici le masque du lyrisme pour faire du beau avec du laid, des mots qui seraient des insultes à la vérité, ce soir-là, je suis une merde, une lavette, un faible, un infirme. Je suis malade de la peur. J’ai la maladie de la peur. Je suis devenu la proie de ce mot. Ma propre réaction me terrorise, me dévirilise, me tend mon reflet authentique, celui d’un pauvre mec sans couilles au cul. Si lâche, si friable. » Et bien évidemment, c’est un miroir que Hugo Boris tend également à ses lecteurs. Qui n’a pas pas baissé les yeux devant un SDF ? Qui n’a pas changé de wagon en voyant une personne agressive ? Qui n’a pas écouté la conversation de ses voisins de métro ? Hugo Boris décrit, analyse nos petites lâchetés, nos évitements face à la violence du quotidien. La violence sociale est également présente avec ces salariés obligés de prendre un bus parce qu’il n’y a plus de métro ou de RER à l’heure où ils sortent du boulot. Ce sont des salariés pauvres (hôtellerie, gardiennage, restauration, etc…) qui vont devoir passer des heures dans le bus avant de rentrer chez eux.

Dans les pages de Hugo Boris, il y a aussi de la lumière, des moments de tendresse (comme cette femme qui ôte une peluche sur le foulard de sa voisine de métro). Tous ces instantanées sont un kaléidoscope d’humanité et Hugo Boris leur prête sa plume vive, précise et pleine d’empathie.

J’avais beaucoup « Police »et j’ai tout autant apprécié « Le courage des autres », hommage à ceux qui se lèvent, qui s’opposent et s’interposent dans le métro face à la violence, aux incivilités.

Alma a adoré, psychose en héritage de Sébastien Rongier

unnamed

« Alma a adoré », c’est ainsi qu’Alfred Hitchcock justifiait son envie d’adapter « Psycho », sa femme aurait adoré le roman de Robert Bloch. « Psychose » est mon film préféré et je l’ai vu des dizaines de fois sans m’en lasser. Sébastien Rongier s’interroge sur le retentissement qu’a eu le film d’Hitchcock et sur son incroyable postérité. Qu’est-ce qui rend ce film si unique ?

« Psychose » arrive après « Sueurs froides » et « La mort aux trousses », le réalisateur a envie de changer d’univers. Lorsqu’il lit le livre de Robert Bloch, il comprend tout de suite le potentiel de la scène de la douche. Il ne pourra pas réaliser son film avec la Paramount qui n’est pas intéressée par le scénario. Hitchcock se tourne vers Universal avec qui il réalise « Alfred Hitchcock presents » (et qui fait de lui un personnage iconique). Le réalisateur a moins de moyens, il choisit le noir et blanc pour des raisons économiques et esthétiques, son équipe vient de la télévision pour gagner en rapidité.

Hitchcock met en place une campagne de publicité extrêmement intelligente : les affiches précisent que les spectateurs n’ont pas le droit d’arriver en retard et ils ont l’interdiction formelle de révéler les détails de l’intrigue ; la bande-annonce ressemble aux sketches de sa série t.v et elle est un modèle de drôlerie et de teasing. « Le cinéaste réussit donc à organiser le désir dès l’entrée des cinémas et la patiente attente des spectateurs. Tout le paradoxe est que ce geste publicitaire audacieux et génial peut aussi être envisagé comme un acte d’auteur désireux de préserver l’authenticité de la réception de son œuvre (…). La stratégie d’Hitchcock est celle du décalage et du contrepied. La bande-annonce n’est que cela. »

Le spectateur ne doit rien dévoiler et pour cause ! Janet Leigh est une grande star à l’époque et Hitchcock s’offre le luxe de tuer sa vedette dans le premier tiers du film ! La scène du meurtre est bien entendu devenue iconique. Sébastien Rongier nous rappelle à quel point elle est sublime et incroyablement réussie. « Avec sa violence, la séquence de la douche est le point sublime du film, le moment qui l’emporte définitivement au-delà de toute mesure. Le sublime est ambivalent. C’est une fascination et un effroi. Devant l’expérience de la destruction, le spectateur éprouve cette force contradictoire : un effroi qui fascine, une fascination qui effraie. La puissance de l’horreur provoque une sidération violente et désagréable. »

Une fascination, une sidération qui marquera profondément l’histoire culturelle et cinématographique (et la vie d’Anthony Perkins qui ne sortira jamais vraiment de Psycho). Robert Bloch écrira une suite, trois autres films seront tournés (tous avec Anthony Perkins). Le film d’Hitchcock sera l’objet de nombreuses citations, parodies et d’un remake plan par plan par Gus Van Sant. Son influence est véritablement étonnante et aussi fascinante que la scène de la douche.

Le livre de Sébastien Rongier montre à quel point « Psycho » est un objet cinéphilique, culturel unique en son genre qui marqua profondément de très nombreux créateurs.

 

Honoré et moi de Titiou Lecoq

71hdSISARiL

De la vie de Balzac, je connaissais les grandes lignes : ses problèmes d’argent qui lui pourrirent la vie, les deux entrées de sa maison à Passy pour lui permettre de fuir les huissiers, sa mère peu aimante et distante, son amour pour Mme Hanska. J’ai pris beaucoup de plaisir à lire la biographie de Titou Lecoq et il faut bien le dire : Honoré aurait pu être un personnage de sa Comédie humaine.

La grande affaire de sa vie fut sans aucun doute l’argent : Balzac veut devenir riche et il tentera tout (mais alors vraiment tout) pour y parvenir. Et c’est par ce biais que Titiou Lecoq choisit de nous parler de sa vie. Malheureusement pour Honoré, il n’est pas doué pour les affaires, à 29 ans il a déjà une faillite à son actif. Ce qui est fabuleux chez lui, c’est que rien ne l’arrête, toutes ses idées s’avèrent mauvaises mais il garde une confiance totale en son avenir. « Ensuite, eh bien, il va publier ses œuvres intégrales et devenir riche, écrire des pièces de théâtre et devenir riche, extraire de l’argent des mines de Sardaigne et devenir riche, vendre le bédouck et devenir riche, épouser Eve à la mort de son mari et devenir riche. Donc aucune inquiétude à avoir. Franchement, comment cela pourrait-il tourner mal ? » Titiou Lecoq nous présente un Balzac poissard, un perdant sublime et flamboyant aux tenues extravagantes. Et Honoré, qui est également geignard et d’une formidable mauvaise foi, nous apparait extrêmement sympathique. Immature et naïf, il est également un auteur génial qui a connu la gloire en seulement trois livres. « En trois ans, avec trois livres, Honoré est devenu un écrivain à succès. C’est le moment ou jamais d’assainir ses finances et de régler ces dettes qui lui empoisonnent la vie au quotidien, le stressent, le mettent sous pression permanente. Ou pas. » Un personnage hors-norme qui refusait de se plier aux règles édictées par la société et qui en demandait toujours plus à la vie. On sent la tendresse immense que lui voue Titiou Lecoq. Elle nous parle de lui comme d’ami dans une langue qui dépoussière totalement le genre de la biographie. Mais le ton désinvolte de l’auteure ne doit pas faire oublier l’important travail de fond qui nous permet de mieux connaître la vie de Balzac (et notamment le fait que sa mère n’était pas si mauvaise que cela puisqu’elle lui a prêté de l’argent tout au long de sa vie).

« Honoré et moi » se dévore avec régal. Le style est enlevé, frais, plein d’humour et d’empathie pour l’un de nos plus grands écrivains. Honoré de Balzac reprend vie (et quelle vie !) sous la plume de Titiou Lecoq.

L’avenir de la planète commence dans notre assiette de Jonathan Safran Foer

51gWZvgQMtL

Dans « L’avenir de la planète commence dans notre assiette », Jonathan Safran Foer nous parle du dérèglement climatique et de notre difficulté à croire, à appréhender ce phénomène. Les preuves scientifiques et météorologiques sont là et pourtant nous sommes dans le déni, nous ne sommes pas prêts à sacrifier notre confort, nos habitudes pour sauver notre planète. « Il semble fondamentalement impossible de faire pénétrer la catastrophe telle que nous la voyons se profiler à distance dans l’ici et le maintenant du ressenti. » Nous savons mais nous ne le croyons pas donc nous n’agissons pas. L’avenir, les conséquences de nos actions semblent trop impalpables pour secouer véritablement nos consciences.

Pour Jonathan Safran Foer, le principal problème contre lequel nous devons lutter, c’est l’élevage industriel qui produit une émission massive de gaz à effet de serre et est également responsable de la déforestation. Il faut donc changer nos habitudes alimentaires, arrêter de manger de la viande pour sauver notre planète. Pour nourrir son argumentation, l’auteur n’hésite pas à faire des parallèles avec des moments historiques comme la Shoah (il fait notamment référence à Jan Karski que les américains n’ont pas cru lorsqu’il leur a expliqué le sort réservé aux juifs en Europe) ou le vol de la Joconde, les premiers pas de l’homme sur la lune. Il nous parle également de sa famille, de ses contradictions face à la nourriture. Le constat qu’il fait est juste, il est possible de modifier certains pans de la consommation si nous agissons de manière collective. Mais le discours de Jonathan Safran Foer est tellement brouillon, le fait de passer sans cesse du coq à l’âne noie ses arguments. Le constat en perd de sa force, de son poids. De plus, je ne suis pas convaincue que l’effort collectif suffise. Certes, nous pouvons réduire le taux d’élevage industriel en changeant nos habitudes alimentaires. Mais qu’est-ce que cela va peser face à Trump, Bolsonaro ou à la coupe du monde de foot donnée au Qatar ? Cela ne nous dédouane pas et chacun doit agir mais je reste pessimiste quant à la résolution de ce problème.

Trop brouillon, trop dans l’extrapolation, « L’avenir de la planète commence dans notre assiette » n’a pas réussi à me convaincre que le seul fait d’arrêter de manger de la viande pouvait à lui seul solutionner le problème du dérèglement climatique.

Jouir, en quête de l’orgasme féminin de Sarah Barmak

71bTK2ey5UL

Le livre de Sarah Barmak est de ceux que l’on remarque. Sa couverture affiche le mot jouir en gros caractère rouge sur une photographie d’un couple à table où l’homme lit et où la femme semble s’ennuyer prodigieusement. Le ton est donné, Sarah Barmak ponctue son enquête d’humour ce qui allège son propos et le dédramatise. Pour étudier la sexualité des femmes et leur désir, la journaliste a rencontrer des médecins, des scientifiques mais également interroger des femmes qui jouissent trop ou pas assez et ceux qui tentent de remédier à leurs problèmes (massages, méditation orgasmique, tantra, etc…). « Carnet de voyage aux confins de la jouissance – dans tous ses frémissements et toute sa flamboyance -, ce livre envisage la sexualité féminine moins comme une science pure et dure que comme une forme d’artisanat. C’est une plongée dans l’étrange, dans le merveilleux, et dans le farfelu aussi, parfois. » 

Ce qui frappe à la lecture de cet essai, est la méconnaissance du corps de femmes par les scientifiques et les médecins mais également par les femmes elles-mêmes. Pourtant, le corps de la femme, sa fertilité ont été vénérés dans l’Histoire. Mais la chrétienté et son mépris du corps est passée par là. Au fil du temps, les scientifiques se sont désintéressés du sexe féminin. Et Freud est également à blâmer puisqu’il considérait que seul l’orgasme vaginal était acceptable pour les femmes. Le plaisir féminin, le clitoris lui-même étaient totalement niés. « Pour Vanessa et toutes les personnes possédant ou ayant possédé une vulve, un vagin ou un clitoris, ce n’est pas tant ce qui excite les femmes qui pose question. En revanche, le fait que le corps lui-même, dans son anatomie pure et simple, puisse faire l’objet de tant de répression, de désinformation et d’effacement à travers l’histoire, voilà le véritable mystère à résoudre. » De quoi rassurer les hommes et leur assurer une certaine suprématie sur les femmes. Il y avait donc beaucoup de travail à accomplir pour que les femmes puissent reconquérir leur sexualité.

Sarah Barmak revient également sur un malentendu qui perdure, à savoir la soit disant complexité du plaisir féminin. Elle nous explique que le circuit du plaisir (relation entre le cerveau et les muscles) est aussi complexe chez les hommes que chez les femmes. Celui des hommes peut nous sembler plus mécanique et automatique mais il n’en est rien. Après avoir interrogé de nombreuses femmes, Sarah Barmak en arrive à la conclusion qu’il y a autant de formes de plaisir que de femmes et que l’orgasme n’est en rien obligatoire pour avoir des relations sexuelles satisfaisantes. Les femmes doivent apprendre à prendre du recul par rapport aux normes imposées par la société (ou les films porno !), à se détendre et à dédramatiser l’acte sexuel.

« Jouir, en quête de l’orgasme féminin » est un essai très intéressant, très vivant qui, avec humour, explique aux femmes qu’elles doivent apprendre à se connaître, à explorer leur propre corps et à s’émanciper également au niveau sexuel.

Où vont les fils ? de Olivier Frébourg

D23486

Le couple d’Olivier Frébourg a volé en éclats. Il se retrouve seul avec ses trois fils. Cette séparation est vécue par lui comme un séisme qui précipite ses enfants hors de l’innocence propre à leur bas âge. Son livre questionne la transmission, que laisse-t-on à ses enfants ?

Pour répondre à cette question, Olivier Frébourg replonge dans sa propre enfance, ses souvenirs. Fils d’un capitaine au long cours, il a vécu ses premières années en Martinique. « L’enfance est un paquebot. L’absolu maritime fut pour moi une façon de voir la vie en blanc et bleu outre-mer. L’enfance telle la poupe arrondie du paquebot Antilles. Sa ligne blanche sur le bleu épais de la mer. La lumière, partout. Ce soleil, jamais brûlant grâce aux alizés, l’air parfume et la vitesse à plus de vingt nœuds. Ainsi la vie ne serait jamais encalminée, prisonnière du pot au noir. » Une enfance qui laisse à l’auteur une envie d’ailleurs qui le mènera à de nombreuses reprises en Asie du Sud Est, notamment au Cambodge. Ses souvenirs s’entremêlent avec les films de Claude Sautet, les chansons de Nino Ferrer, d’Alain Souchon, de Téléphone.

L’ensemble du texte baigne dans la mélancolie. Cette impression est renforcée par une critique féroce de notre monde actuel. Olivier Frébourg voit le monde d’aujourd’hui comme un éclatement, celui de la société devenue trop consumériste, celui du couple qui se sépare. C’est également un monde de l’immédiateté, celle des réseaux sociaux sur lesquels tout va très vite et où les publications sont rapidement obsolètes. Un monde qui semble sans mémoire et c’est ce qu’Olivier Frébourg veut contrecarrer. Les souvenirs, l’histoire (la petite comme la grande) sont ce qu’il veut transmettre à ses enfants. « Perdre le bonheur, est-ce si grave ? Perdre le souvenir du bonheur me semble une tragédie. » 

« Où vont les fils ? » présente de nombreuses thématiques intéressantes, questionne très justement notre société de consommation où tout va beaucoup trop vite. Pour Olivier Frébourg, la beauté, l’art peuvent nous sauver et la mémoire doit être préservée. Je regrette en revanche le ton plaintif et certaines comparaisons excessives qui m’ont un peu gâchée ma lecture. « Qu’est-ce que je leur laissais comme album de famille ? Une famille fracassée. Une guerre intime. Leurs parents seraient des vétérans du Chemin des Dames. Gazés. Gueules cassées. » Dommage car le fond du propos me plaisait beaucoup.

19 femmes de Samar Yazbek

9782234086043-001-T

Samar Yazbek, journaliste et romancière, donne la parole à 19 femmes syriennes qui nous racontent la manière dont elles ont vécu la révolution de 2011 et la guerre qui a suivi. L’auteure a interrogé 55 Syriennes, celles qu’elle a choisi de garder offrent un panorama varié du pays  (régions, âges, confessions différentes). Elles sont néanmoins toutes issues d’un milieu éduqué et privilégié. Leurs témoignages soulignent la complexité de la situation en Syrie et ils sont la chronique de la mort annoncée de la révolution pacifiste.

Toutes ont montré un très fort engagement et beaucoup de courage durant cette période. Dès le début du mouvement, ces 19 femmes se sont impliquées et cela a continué durant les combats, les bombardements. Certaines se sont formées comme infirmière pour aider les blessés, d’autres ont créé des écoles, des associations à but humanitaire, d’autres ont filmé et travaillé pour des médias étrangers. Ces femmes vont payer chèrement leur engagement puisque plusieurs d’entre elles furent arrêtées, emprisonnées dans des conditions terribles (brutalités, viols, tortures, conditions d’hygiène déplorables,etc..). La plupart des femmes feront le choix de quitter la Syrie, de vivre en exil pour ne pas se faire arrêter à nouveau.

Ce que montrent bien ces témoignages, c’est un situation extrêmement complexe de la Syrie et de ce conflit. La révolution était un mouvement pacifiste qui va rapidement se transformer en lutte armée. La montée en puissance des hommes armés (grâce à l’argent de l’Arabie Saoudite et du Qatar) s’accompagne d’une radicalisation religieuse. Il existe des luttes intestines entre les différents groupes de rebelles, entre les différents groupes islamistes (comme Jabhat al-nusra ou Daech) qui détruisent le projet de départ d’une Syrie démocratique. Il faut rajouter à ça une corruption endémique et une volonté de toute part de monter les religions les unes contre les autres. Durant le conflit, les femmes interrogées restent du côté de la paix mais elles font face à la montée des groupes islamistes. Leur situation s’aggrave et elles vivent un retour en arrière de leurs droits. Elles font également le triste constat du départ des classes moyennes dans de nombreuses régions, les classes les plus pauvres (et les moins éduquées) se trouvent livrées aux mains des islamistes.

Ces témoignages poignants et lucides nous permettent de mieux comprendre la situation de la Syrie et les raisons qui ont fait échouer la révolution pacifiste de 2011. Mon seul bémol concerne la répétition de témoignages très proches qui uniformisent l’ensemble et noient les personnalités des femmes qui nous les racontent.