Cabaret Biarritz de José C. Vales

product_9782207133538_195x320

En 1938, l’écrivain Georges Miet décide de rédiger un livre sur les terribles événements survenus quinze ans plus tôt à Biarritz. Durant l’été 1925, une baigneuse anglaise était emportée par le courant. Un ami à elle et un guide baigneurs se noyèrent en essayant de lui porter secours. Quelques jours plus tard, Aitzane Palefroi, apprentie libraire, est retrouvée suspendue à un anneaux d’amarrage du quai. Sur place, Paul Villequeau, dit Vilko, est chargé par le journal « La petite Gironde » d’écrire un article sur ces différentes morts. Accompagné par le photographe Marcel Galet, le journaliste va questionner l’entourage des défunts. Ils découvrent une situation plus complexe qu’il n’y paraissait au départ. Est-ce que les morts de Biarritz étaient vraiment des accidents ? Georges Miet va suivre la trace de Vilko et Marcel pour que la vérité soit enfin connue.

Voici un livre dont la lecture m’a ravie. L’intrigue nous est racontée de manière originale. Chaque chapitre correspond au récit d’un témoin rencontré par Georges Miet. L’histoire se présente au lecteur comme un puzzle, chaque pièce va s’emboîter l’une dans l’autre pour nous révéler la vérité à la toute fin du roman. La construction du roman est donc finement et intelligemment menée. Au travers des différents témoignages, on croise tous les milieux sociaux : de la bonne au greffier en passant par un juge, une bonne-sœur, un peintre ou un pilote de montgolfière. L’auteur s’adapte à chaque personnage et la langue change ce qui rend le récit très dynamique.

« Cabaret Biarritz » rend très bien compte de l’effervescence des années 20 dans la ville. L’enquête de Vilko et Galet nous entraîne dans les cabarets, les milieux interlopes où le champagne et la luxure règnent. Les mœurs se relâchent, on fête la fin de la guerre et la joie d’être toujours vivant. L’atmosphère est pétillante, légère à l’image du roman de José C. Valès.

« Cabaret Biarritz » est à la fois un roman policier, une comédie de mœurs, une critique de la bourgeoisie de province et tout cela écrit avec humour et de belles références culturelles. Et si ces arguments positifs ne vous suffisent pas, vous trouverez en prime, dans le livre, la recette des paupiettes !

 

8 réflexions sur “Cabaret Biarritz de José C. Vales

    • Non malheureusement, il n’a pas eu droit à beaucoup de publicité. C’est une amie qui m’en a parlé et je la remercie car j’ai passé un excellent moment.

  1. J’ai tellement aimé ce roman ! Sous ses airs de « roman de plage », il est extrêmement intelligent et très bien mené. Je croise les doigts pour que le précédent de l’auteur soit traduit un jour 🙂

    • C’est grâce à toi que je l’ai lu et je t’en remercie ! Je croise les doigts aussi pour que son précédent roman soit traduit. S’il est aussi bon que celui-là, ça serait dommage de ne pas pouvoir le lire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.