Une fille formidable de Mary wesley

Une-fille-formidable

Après avoir raccompagné à la gare ses deux voisins et amis, Jonty et Francis, Junon Marlowe, 17 ans, erre dans les rues de Londres alors que les bombardements du Blitz font rage. « Lorsque le chapelet de bombes tomba, elle se tapit près des grilles des maisons, son sac et ses chaussures plaqués sur les oreilles. Elle se mit à courir lorsque la dernière bombe explosa ; il fallait qu’elle atteigne le bout de la rue. (…) Quand l’homme la saisit par le coude et lui fit gravir le perron d’une maison, elle poussa un cri de terreur et d’indignation. Elle ouvrit la bouche pour protester tandis qu’il claquait la porte d’entrée derrière eux. » C’est ainsi que Junon fait la connaissance d’Evelyn Copplestone qui va l’abriter chez lui pour la nuit. Celui-ci est bien mal en point, il a été gazé pendant la 1ère guerre mondiale. Il décède d’ailleurs pendant la nuit. Junon s’enfuit mais elle ne sait pas où aller. Evelyn lui avait remis une lettre pour son père en Cornouailles. Junon va donc s’y rendre et ainsi fuir sa mère et son nouveau mari, Jonty et Francis qui sont bien plus que de simples amis.

Voilà bien longtemps que je souhaitais découvrir l’oeuvre de Mary Wesley et j’ai enfin franchi le pas avec « Une fille formidable ». C’est un roman qui m’a charmée par son humour, son côté irrévérencieux et ses deux personnages principaux. Mary Wesley situe son action en plein cœur de la guerre et nous montre bien les terribles ravages engendrées par celle-ci mais également par la précédente. Le cadre bucolique de Cornouailles, le ton de comédie n’empêchent pas les avions de s’abîmer en mer et les jeunes hommes de s’engager et de mourir trop tôt. Un personnage revient souvent dans le texte, le père de Junon, objecteur de conscience lors de la 1ère guerre mondiale, emprisonné pour cette raison. Il est mort depuis et son attitude a été beaucoup critiquée dans la famille. Néanmoins, Junon prend peu à peu conscience de son courage. Un antimilitarisme sous-jacent qu n’était pas pour me déplaire !

Mary Wesley parle aussi beaucoup du destin des femmes. Junon n’a reçu aucune éducation concernant son corps.  Sa mère , peu aimante, ne lui avait même pas expliqué qu’elle aurait un jour des règles. Junon est bien évidemment totalement ignorante de la sexualité. La naïveté de Junon se fracassera sur le mur de la réalité et sur la rouerie de soi-disant amis. Mais Junon n’est pas un personnage faible. En Cornouailles, dans la ferme de Robert Copplestone, elle se montre d’une grande force physique et mentale. Elle accomplit notamment des travaux d’homme et s’occupe des animaux allant ainsi à contresens de l’image de la femme dans les années 40. Heureusement en face d’elle, Robert Copplestone est un homme peu conventionnel, très ouvert d’esprit et près à faire fi de toutes les conventions sociales. Sa façon d’accueillir une Junon perdue nous le rend instantanément sympathique.

Mary Wesley aborde des thématiques modernes, mène son intrigue avec rythme et humour. « Une fille formidable » est un roman très plaisant dont les deux personnages principaux sont attachants et prêts à braver la morale. Il ne mes reste plus qu’à découvrir le reste de l’oeuvre de cette auteure.

Merci aux éditions Héloïse d’Ormesson pour cette découverte.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.