Bilan livresque et séries de février

Image-1

Voilà une belle moisson de romans pour le mois de février, que du très, très bon ! Pour le moment, je ne vous ai parlé que du magnifique roman de L. P. Hartley, « Le messager », de mes retrouvailles réussies avec ce cher Wilkie Collins et de ma découverte d’un jeune auteur québecois Antoine Desjardins. Durant ce mois de février, j’ai eu le grand plaisir de retrouver l’ironie de Patrick deWitt, le charme suranné de la série Eustache et Hilda de L.P. Hartley, le talent de Mika Biermann à évoquer la vie de peintres impressionnistes et celui de Maria Messina à souligner l’amertume de la vie des femmes au début du 20ème siècle en Italie. J’ai également eu deux coups de cœur : « La maison des hollandais » de Ann Patchett dont j’avais déjà adoré le roman précédent et « Borgo vecchio » Giosuè Calciura dont « Le tram de Noël » m’avait beaucoup touché. Enfin, j’ai découvert la très belle plume de Camille Zbaka avec son dernier roman « Ne crains pas l’ombre ni les chiens errants » (le titre annonce déjà la couleur) et le talent de John Wainwright dans le domaine des romans policiers.

Je vous parle de deux séries anglo-saxonnes regardées en février : 

mum

Les trois saisons de « Mum » nous plonge dans le quotidien de Cathy et de ses proches. Dans le premier épisode, l’héroïne de la série se prépare pour aller à l’enterrement de son mari Dave. Autour d’elle évoluent son fils Jason, grand dadais vivant toujours chez sa mère, sa petite amie Kelly, gentille idiote, son frère Derek qui est prêt à tout pour sa nouvelle (et très snob) petite amie Pauline, ses beaux-parents ronchon et Michael, un vieil ami du couple. Tout ce petit monde va se retrouver dans la maison de Cathy saison après saison, épisode après épisode.  La dernière saison se déroule sur une semaine dans une maison de vacances où tous se retrouvent. Le cœur de la série est la possibilité d’une nouvelle vie amoureuse pour Cathy après la disparition de son mari. Cathy, merveilleusement interprétée par Lesley Manville, est un personnage  d’une incroyable gentillesse (et d’une patience à toutes épreuves face aux nombreuses demandes de ceux qui l’entourent). Elle est le point de repère de ce petit monde, celle qui écoute et qui rassure.

« Mum » a été diffusée de 2016 à 2019 en Grande-Bretagne et a été créée par Stefan Golaszewski (auteur de l’excellente série « Him and her », malheureusement inédite en France). Cette série déborde de positivité, de bienveillance mais les personnages ont également du répondant ! Les dialogues sont bien écrits, drôles et mordants mais également emprunts de tendresse. Et c’est l’exploit de la série de réussir parfaitement à osciller entre humour et émotion sans jamais être mièvre. Au fil des épisodes, les personnages deviennent de plus en plus attachants (même ceux qui sont odieux avec Cathy au début). Mention spéciale au formidable Peter Mullan en homme maladroit, sensible et d’une grande délicatesse dans ses sentiments.

bbc-two-has-officially-renewed-mum-for-series-2_1

« Mum » est une série drôle et lumineuse portée par un casting fabuleux avec en tête d’affiche un duo bouleversant : Lesley Manville et Peter Mullan. Une série qui met du baume au cœur et à côté de laquelle il serait dommage de passer.

all creatures

Autre série qui fait du bien au moral : la nouvelle version de « All creatures great and small ». Cette série est un classique de la télévision anglo-saxonne et elle avait été diffusée originellement de 1978 à 1990. La nouvelle version comprend six épisodes et comme la première version, elle est tirée des mémoires du vétérinaire James Herriot. Nous suivons donc les aventures d’un jeune vétérinaire écossais qui trouve un poste dans une vallée du Yorshire. Il devient l’assistant de Siegfried Farnon, le vétérinaire local au caractère difficile. Bientôt le jeune frère de Siegfried, Tristan, vient rejoindre le cabinet vétérinaire. Il doit lui aussi rejoindre la profession mais sa vie dissolue lui met quelques bâtons dans les roues.

Il est vraiment très plaisant de voir évoluer les différents personnages qui sont tous extrêmement attachants. La série nous montre le quotidien de James Herriot qui apprend que les maîtres sont souvent aussi importants que les animaux qu’il doit traiter. C’est, par exemple, le cas avec le personnage interprété par Diana Rigg qui gâte et rend malade son petit chien ( ce fût le dernier rôle de l’actrice à l’écran). James Herriot est un beau personnage, passionné par son métier et d’une grande sensibilité. Le casting est l’un des points forts de la série. On y retrouve des acteurs déjà croisés ailleurs comme le formidable Samuel West, le facétieux Callum Woodhouse et je découvre le talentueux Nicolas Ralph dans le rôle titre. Comme « Mum », la série réussit l’équilibre parfait entre humour et émotion. Et que dire des paysages du Yorkshire ? Ils sont magnifiquement filmés et donnent envie de vivre là-bas !

01-29rovere

« All creatures great and small » est une série attachante au casting réjouissant et au décor splendide.

3 réflexions sur “Bilan livresque et séries de février

  1. Tu me tentes avec tes séries, mais je manque déjà de temps pour celles que je suis, puis on ajoute toutes celles que je veux regarder et on est déjà overbookée ! 😆

    Beau bilan 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.