La maison des hollandais de Ann Patchett

Hollandais

Maeve et Danny Conroy ont grandi dans la maison des hollandais. Cette majestueuse et grandiose demeure fut construite en 1922 par les VanHoebeek qui avaient fait fortune dans le commerce de cigarettes avant d’être ruinés par la crise de 1929. Le père de Maeve et Conroy acheta la maison en 1946 pour faire une surprise à sa femme. Cadeau qu’elle appréciera très modérément puisqu’elle la quitta du jour au lendemain sans explication. Le lien entre les deux enfants se resserre alors pour devenir inextricable. Des employées dévouées et bienveillantes s’occupent des deux enfants pendant que le père travaille et consolide sa fortune faite dans l’immobilier. Ce dernier demande un jour de venir au salon où il leur présente Andrea, jeune veuve, mère de deux filles. L’arrivée de cette femme va bouleverser à jamais la vie de Maeve et Danny.

J’ai ouvert « La maison des hollandais » avec un mélange d’excitation et d’appréhension, le dernier roman d’Ann Patchett serait-il à la hauteur du formidable « Orange amère » ? La réponse est oui, mille fois oui. L’auteure reprend des thématiques déjà présentes dans son précédent roman. Nous sommes ici également dans une chronique familiale qui va se déployer dans le temps. Comme dans « Orange amère », Ann Patchett choisit un récit non linéaire : le narrateur, Danny, fait des aller-retours entre le passé et le présent sans que nous ne soyons jamais perdu. Le récit se déroule avec une extraordinaire fluidité. Le point de départ du livre est l’arrivée dans la famille Conroy d’Andrea. Comme dans son précédent roman, l’arrivée d’une personne extérieure à la famille va totalement en bouleverser l’équilibre. Il est l’évènement traumatique qui va décider de la vie de Maeve et Danny. Ce point de rupture va être un point de cristallisation du passé vers lequel les deux personnages centraux vont sans cesse se retourner. Les personnages sont vraiment l’un des points forts du roman. Immédiatement, j’ai éprouvé de l’empathie, de la sympathie pour Maeve et Danny. Le lien indéfectible qui existe entre eux est magnifique. D’ailleurs, au travers de son récit, Danny souhaite avant tout raconter l’histoire de sa sœur, lui rendre hommage. Et ils sont tous les deux formidablement bien entourés, tous les personnages secondaires sont incarnés : Pluche, la nounou qui réapparait des années plus tard, Sandy et Jocelyn, les sœurs d’une loyauté sans faille, le père distant et pudique, Andrea, la marâtre de conte de fée, M. Otterson, le discret et fidèle patron de Maeve. Tous contribuent à faire vibrer le lecteur au fil des pages.

Il ne faut pas oublier de mentionner l’un des personnages centraux, si ce n’est le principal, la maison. A la façon du Menderley de « Rebecca », la maison des hollandais influence le destin des personnages. Son histoire est fascinante. Lorsque le père l’achète, tous les effets des VanHoebeek sont encore dedans. Les Conroy vont vivre dans les meubles des anciens propriétaires, avec leurs portraits accrochés aux murs. Seule appropriation des lieux par la famille Conroy : le magnifique portrait de Maeve qui a été imaginé par Noah Saterstrom pour la couverture du livre. La maison des hollandais est très minutieusement décrite, elle est aussi luxueuse qu’oppressante, elle semble tour à tour porteuse de malédiction et lieu protecteur car lieu des souvenirs d’enfance. Le rapport de Maeve et Danny avec cette maison est très finement analysé.

Cela semblait difficile mais « La maison des hollandais » m’a encore plus enchantée que « Orange amère ». C’est avec grâce et élégance qu’Ann Patchett nous fait le récit de la vie de Maeve et Danny, deux personnages infiniment attachants.

Traduction Hélène Frappat

2 réflexions sur “La maison des hollandais de Ann Patchett

  1. Je n’ai jamais lu de ses livres mais la couverture est magnifique et le thème me plaît donc ce sera un futur emprunt à la bibliothèque 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.